États-Unis : tout leur est permis

usa flag waving on white metal pole

Photo de Element5 Digital sur Pexels.com

Ils se nuisent à eux-mêmes

En termes de folies américaines, je croyais avoir tout vu avec Bush jr. au pouvoir avec ses va-tout-en-guerre Cheney, Rumsfield, Rice et cie. Mais Donald Trump, avec ses crinqués Mike Pompeo et Mike Pence, les dépassent par une confortable marge. En agissant de la sorte depuis l’élection de Donald Trump, ils se nuisent à eux-mêmes et se mettent à dos plusieurs pays, même des alliés de longue date. Cela profite à qui? À la Chine et à la Russie qui ne demandent pas mieux.

 

À l’interne, c’est contre-productif

Comment ne pas s’étonner que les élus républicains endossent les gestes insensés de Trump? Leurs petites priorités politiques, idéologiques et financières priment. Les premiers gestes que Donald Trump, qui s’auto-proclame l’homme du peuple contre les élites, a été justement d’enrichir encore plus les élites avec ses immenses baisses d’impôts sur le revenu, sur les gains de capitaux et sur les héritages. Et hop les scrupuleuses inégalités économiques bondissent encore. Il a aussi coupé à plusieurs endroits dans les services publics, déjà minimaux, et dans l’aide aux démunis. Tous ces gestes doivent être condamnés, pas seulement sur le plan humanitaire mais également au niveau économique. Imaginez un instant les milliards en investissements publics (santé, éducation, garderies, routes, aide sociale, etc.) que les États-Unis pourraient faire en rétablissant des impôts progressifs (particuliers et corporations), en luttant contre l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux, en réduisant leurs démentielles dépenses militaires, etc. Regardez ce que la Chine a fait comme progrès économique et social depuis 40 ans en faisant le contraire des States. Faites juste comparer le nombre de bases militaires, de soldats, de bateaux, d’avions que les États-Unis ont dans le monde par rapport à la Russie et à la Chine. Ces milliards ne pourraient-ils pas être investis dans d’autres choses?

 

À l’étranger, ils se font hara-kiri

Quand j’observe ce que les États-Unis ont fait ces dernières années comme gestes incompréhensibles et inacceptables dans le monde, je suis renversé. Allô diplomatie américaine. On continue à jouer les gros bras. Dans ce texte, j’ai ressorti quelques cas incroyables. On dirait qu’ils font exprès. Il faudrait les aider malgré eux. Les Américains sont-ils assez bornés et stupides pour réélire Donald Trump au mois de novembre prochain?

 

Les guerres et les meurtres humanitaires américains

C’est connu, les Américains veulent faire comme bon leur semble afin de défendre leurs intérêts et ceux d’Israël. Par exemple : «Washington tente de bloquer les enquêtes de la Cour pénale internationale (CPI) sur des militaires américains» (Radio-Canada, 15 mars 2019). Et aussi : «Lybie. Washington empêche l’ONU de condamner l’attaque. Un raid aérien contre un centre de détention de migrants fait 44 morts» (Le Devoir, 4 juillet 2019). Un projet de texte pourtant proposé par le Royaume-Uni, un allié…

 

En 2019, Donald Trump a retiré les États-Unis du Traité sur le commerce des armes (ATT), texte adopté en 2013 par l’ONU afin de circonscrire un peu le commerce des armes meurtrières. Mais, vous le savez, les États-Unis sont les plus gros vendeurs, et de loin, d’armes dans le monde et ça rapporte : «Trump rejette un traité sur le commerce d’armes» (Le Devoir, 27 avril 2019). Et puis, les States interdisent à certains de s’aventurer dans le nucléaire, mais leur morale ne s’applique pas à eux et à Israël puisque : «Les États-Unis envisagent de développer de «mini-armes nucléaires»» (Le Journal de Montréal, 17 janvier 2018). C’est «cute» des petits joujoux nucléaires.

 

Pour le protectionniste et contre la nature

C’est connu, Trump préfère les ententes commerciales bilatérales au multilatéralisme. Le retour au bon vieux protectionnisme et à la déréglementation : «OCDE : Washington fait obstacle au consensus sur le protectionnisme et le climat» (Radio-Canada, 23 mai 2019). On le sait, le G20 c’est le bras idéologique des États-Unis. Le G20 est une farce : «Sommet du G20 tendu : communiqué commun des États-membres qui ne condamnent pas le protectionnisme» (Le Journal de Montréal, 1er décembre 2018). Et l’Organisation mondiale de la santé qui s’écrase elle aussi face à leur maître : «L’OMS adopte une résolution édulcorée sur la transparence des marchés des médicaments» (Le Journal de Montréal, 28 mai 2019). Marché des médicaments dominé par nos voisins du sud, bien évidemment.

 

En 2018, les États-Unis se retirent de l’accord sur le nucléaire iranien

Même si l’Iran respectait toutes les conditions de l’entente signé en 2015 : «Washington rétablit toutes les sanctions contre l’Iran» (Le Devoir, 3 novembre 2018). Et les États-Unis vont encore plus loin : «Donald Trump avertit les pays qui font des affaires avec l’Iran» (Le Journal de Montréal, 8 août 2018). Vous devez choisir entre l’Iran et les USA. Dorénavant, il sera illégal de commercer avec l’Iran. Voilà toute la beauté de la portée juridique internationale des lois américaines. La cour internationale de justice (CJI) trouve ça effrayant et : «Sanctions contre l’Iran. Washington minimise le rappel à l’ordre de la justice internationale» (Le Devoir, 4 octobre 2018). Tiens-toé! Bonne nouvelle toutefois pour l’Iran qui ne recevra pas de cercueils volants : «Sanctions américains. Boeing ne livrera pas d’avions à l’Iran» (Le Devoir, 7 juin 2018).

 

Et ça continue à l’OMC et à l’OTAN

À l’Organisation mondiale du commerce, les États-Unis refusent depuis plusieurs mois de nommer de nouveaux juges afin de la rendre inopérationnelle : «L’Union européenne montre ses muscles (mais pas trop, pleutres comme ils le sont) face au blocage de l’OMC par Trump» (Le Devoir, 13 décembre 2019). Et, à l’OTAN, l’Oncle Sam impose ses diktats : «Diplomatie. Les alliés de l’OTAN étalent (comme ailleurs) leurs dissensions. Le 10e anniversaire de l’Alliance est plombé par… les relations difficiles avec les États-Unis» (Le Devoir, 5 décembre 2019).

 

Cuba, la bête noire latino des States

Ah ben, à l’ONU, 189 pays votent contre l’abject embargo américain qui sévit depuis environ 60 ans contre le peuple cubain et 2 pays s’y opposent. Les États-Unis et Israël comme d’habitude : «L’assemblée générale de l’ONU appelle à la levée de l’embargo américain contre Cuba» (Le Journal de Montréal, 1er novembre 2018). Ben pire : «La prison de Guantanamo restera ouverte encore 25 ans au moins» (Radio-Canada, 17 octobre 2018). Il faudrait rendre à Guantanamo à Cuba, qui leur a été dérobée. Mais les pleureuses préfèrent jeter leur dévolu sur la Crimée qui est revenue à la Russie lors d’un vote démocratique. L’annexion de Guantanamo aux États-Unis, c’est bien pour eux.

 

Trop c’est comme pas assez

Israël envahit régulièrement la Cisjordanie et est, avec raison, condamné sur le plan international, mais c’est parfaitement correct pour les États-Unis : «Les colonies israéliennes conformes au droit  international, selon Washington» (Radio-Canada, 18 novembre 2019). Cette dernière, c’est trop pour moi. Washington a reconnu aussi unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël et la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golam : «Washington au banc des accusés lors d’un vote à l’ONU sur Jérusalem» (Le Devoir, 19 décembre 2017). Les States s’en fichent éperdument.

 

Et à bas ces emmerdeurs à l’ONU

«Les États-Unis et Israël quittent l’UNESCO, accusée (par qui?) d’être antisraëlienne» (Le Devoir, 13 octobre 2017). Et c’est pas fini, jugé trop partiel envers Israël : «Washington quitte le Conseil des droits de l’homme de l’ONU» (Le Devoir, 20 juin 2018). Une dernière : «Washington attaque la Cour pénale internationale» (Le Devoir, 11 septembre 2018). «Un organisme jugé inefficace, irresponsable et carrément dangereux disent les États-Unis». Ah oui, Trump a aussi interdit Huawei. Bah, Mitt Romney l’a dit : «Dieu a créé les États-Unis pour qu’ils dominent le monde» (La Presse, 8 octobre 2011).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s