Banquiers : des paies en forte baisse, vous dites?

man wearing black notched lapel suit jacket

Photo de Deepak Verma sur Pexels.com

Mais quel titre ridicule et trompeur

Je suis tombé en bas de ma chaise pliante à la lecture du titre de cet article du 6 mars 2020 paru dans le Journal de Montréal sous la plume du journaliste Philippe Orfali : «Des paies en forte baisse pour plusieurs patrons de banques». Franchement, c’est certain que l’Association des banquiers canadiens a beaucoup aimé le titre de ce pamphlet journalistique propre à conditionner dans le bon sens l’esprit du lecteur.

 

Un bel titre trompeur veut donner l’impression que les banquiers, à l’instar de feu Jacques Ménard de la BMO, sont des gens socialement responsables, des altruistes qui se font un devoir de se mettre au régime quand ça va mal pour leur propre institution financière ou pour l’oligopole bancaire canadien. Des philanthropes et des débonnaires que les médias aiment qualifier même s’ils font généreusement usage des paradis fiscaux où ils ont plusieurs compagnies affiliées et associées et qu’ils nous saupoudrent fraternellement de gros frais bancaires, taux d’intérêt sur les emprunts et sur leurs cartes de crédit Visa et Mastercard. Ce n’est pas pure bonté qu’ils laissent à l’État les prêts risqués.

 

Parlons des paies en «forte baisse», selon le Journal

Dans ce texte du Journal de Montréal, on apprend que le PDG de la bonne Banque Scotia a vu son salaire annuel passer de 13,3 millions$ en 2018 à un famélique 12,6 millions$ en 2019. Allô forte baisse de rémunération. Les journalistes doivent arrêter de se comporter en agents de désinformation et d’aliénation. Il y a aussi le PDG de la Royal Bank, David McKay, qui a vu, le pauvre, son salaire annuel dégringoler de 13,5 millions$ en 2018 à un maigrichon 12,7 millions$ en 2019. C’est plus qu’une «forte» baisse, c’est l’abime financier qui obligera le patron de la Banque et sa petite famille à fréquenter les banques alimentaires et les soupes populaires.

 

Notons également comme «forte baisse», selon le journaliste, les cas de Louis Vachon, PDG de la Banque Nationale, dont le salaire est passé de 8,1M$ à 7,6M$ en 2019 et de François Desjardins, PDG de la Banque Laurentienne, qui a subi une dramatique baisse de rémunération de 3,6M$ à 3,1M$ en 2019. Moi je propose la levée d’une activité charitable de partage du genre «Go fund me» afin de venir à la rescousse de nos banquiers.

 

Trêve de plaisanterie : je demande au journaliste du Journal de Montréal, Philippe Orfali, de nous dire elle est où cette «forte baisse» des émoluments des banquiers? Je le répète : le Journal de Montréal a utilisé un titre trompeur qui ne reflète pas du tout la réalité. Pour bien faire son travail, le journaliste aurait dû plutôt remettre en question la justification de tels salaires orgiaques versés tous les ans à des banquiers canadiens qui opèrent dans un environnement oligopolistique dans lequel les profits records sont présents à chaque année. Une industrie dans laquelle il n’a pas de perdant, que des gagnants. Ils sont tous excellents. Tout de même bizarre comme secteur d’activités, non? Hélas, l’attention du journaliste fut plutôt attirée par les «fortes baisses» de salaires des patrons. Pas question pour lui de remettre en question la légitimité de tels salaires, même après de supposées «fortes baisses».

 

Israël légifère le salaire des banquiers

«Israël limite le salaire des banquiers» (Le Devoir, 30 mai 2016). Au premier paragraphe de cet article, il est écrit que : «Le Parlement israélien a adopté dans la nuit de lundi à mardi une loi limitant les salaires des patrons de banques à 862 000$ par an». C’est ce qu’il faudrait faire au Québec, au Canada et partout pour non seulement les boss des banques mais pour tous les dirigeants de toutes les entreprises et de tous les secteurs d’activités. Soit ça, ou bedon instaurer un impôt sur le revenu de 70% et plus sur tous les revenus économiques, et pas seulement fiscaux, de plus d’un million de dollars par année.

 

Le marché vise des rendements abyssaux et dangereux

Dans mon précédent texte, j’ai cité les cas des banques canadiennes qui ont réalisé des profits records au premier trimestre de l’année 2020 (Royale, Scotia, Montréal et CIBC) et dont les dividendes aux actionnaires furent augmentés dans plusieurs cas. Même si ces banques canadiennes viennent d’engranger des profits records, comme à chaque trimestre, et ben cela a déçu le «marché» qui s’attendait à mieux et à plus. Les capitalistes visaient de plus gros bénéfices records comme l’indique le sous-titre de l’article du Journal de Montréal publié le 6 mars 2020 : «Les PDG payent pour des résultats jugés très décevants par les investisseurs». Par quels investisseurs? De tels investisseurs qui visent toujours plus de profits, peu importe la manière qu’ils sont réalisés, représentent des dangers publics. Pas bien grave, quitte à baisser le salaire des travailleurs ordinaires; à polluer davantage; à faire appel encore plus à leurs paradis fiscaux; en transférant des activités dans des pays de «cheap labor» ou en s’adonnant à de la corruption et de la collusion, l’important c’est le profit.

 

Le journal de Montréal a d’autres priorités

Au Journal, on a presque de la peine pour les banquiers et leur «forte baisse» de paie. Par contre, on aime bien ramasser les commis d’État qui ont le culot de gagner 100 000$ et plus l’an, soit ceux au gouvernement, dans les universités, dans les municipalités, chez Hydro-Québec, etc. «Pluie de salaires de plus de 100 000$. C’est le cas d’environ 43 450 employés d’organismes publics et de société d’État» (Le Journal de Montréal, 5 février 2020).

 

Le Journal de Montréal aime bien publier les «études scientifiques» d’organismes patronaux comme l’Institut économique de Montréal et la Fédération canadienne des contribuables qui critiquent tout le temps la rémunération des employés de l’État mais jamais celle des patrons du secteur privé. Comme dit le poète : «il ne faut pas morde la main de celui qui nous nourrit».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s