Poursuites : l’État finance notre anglicisation et les pollueurs

low angle photo of black tower

Photo de Todd Trapani sur Pexels.com

L’État subventionne notre anglicisation

Ce n’est pas que l’on soit contre les anglophones, mais il y a bien une mautadite limite à notre assimilation perpétuelle. C’est une question de survie pour le peuple québécois et la langue française. On est environ sept millions de francophones dans un océan d’environ 350 millions d’anglophones en Amérique du Nord. Trouvez-moi une minorité plus privilégiée dans le monde que les anglophones au Québec avec leurs nombreux collèges, universités, hôpitaux, municipalités, villages à la campagne, etc.? Il faut arrêter l’hémorragie de notre anglicisation et de l’intoxication de nos propres jeunes prétendants qu’il est préférable, pour s’assurer un avenir serein et payant, pas seulement d’apprendre l’anglais comme langue seconde ce qui est une bonne chose, mais qu’elle devienne notre langue première. Il faut respirer par le nez que vous me dites, même quand on voit des titres d’articles comme celui-ci paru dans le Devoir du 21 mars 2020 : «Un réseau collégial de plus en plus anglophone. Les cégeps francophones pourraient bientôt devenir minoritaires à Montréal». Pour les libéraux du Québec (PLQ), il ne faut surtout pas s’en faire avec ça, eux qui auraient été rayés de la carte, n’eut été des circonscriptions qu’ils ont tous gagnées dans les comtés à majorité anglophone et allophone. Le PLQ est le parti des anglos. Ne comptez pas sur eux pour accroître la protection de la langue française par un renforcement nécessaire de la Loi 101.

 

L’État finance les anglos afin de contester la Loi 21

Oui, la majorité des Québécois francophones sont d’accord avec la loi 21 portant sur la laïcité au Québec mise de l’avant par la CAQ et appuyée à l’assemblée nationale par le parti Québécois et Québec solidaire mais pas, oh surprise, par le parti libéral du Québec. Alors strictement pour des fins bassement politiques, le gouvernement libéral du Canada de Justin Trudeau a jugé bon de financer la Commission scolaire English Montréal (CSEM) afin de l’aider à contester devant les tribunaux la loi 21. Banque de lâches : «Laïcité. L’aide fédérale (à la CSEM) pour contester la loi 21 vivement dénoncée» (Le Devoir, 7 février 2020).

 

Suite sur les vendus du PLQ

Le PLQ et l’ex-ministre libérale Kahtleen Weil, qui fut directrice des affaires juridiques d’Alliance Québec de 1985 à 1989 (un groupe radical d’anglophones et d’allophones qui ont combattu férocement la loi 101) ont, je l’ai dit, refusé d’appuyer au parlement la notion du PQ qui dénonçait l’aide financière du fédéral octroyée à English Montréal pour contester juridiquement la loi 21 sur la laïcité au Québec. La CAQ et Québec solidaire ont voté pour la notion péquiste. Même les preux libéraux francophones Dominique Anglade, Marwah Rizgy, Gaétan Barrette et cie se sont écrasés lamentablement. Marwah est plus fringante pour défendre d’autres causes disons plus «human». C’est bon pour son image et sa carrière : «La précieuse aide d’Ottawa» (Le Journal de Montréal, 8 février 2020).

 

Les anglos «rides again» avec la loi 40

Ah ben, il ne faut surtout pas que le gouvernement s’attaque aux vaches sacrées de la minorité anglophone, sinon… Et ils ont beaucoup d’argent et de gens importants pour défendre leurs nobles causes. La CAQ a voté démocratiquement, et comme le souhaite la majorité de la population, une loi pour abolir les commissions scolaires au Québec. Mal lui en pris car : «La communauté anglophone contestera la loi 40 (qui abolit les commissions scolaires) en justice» (La Journal de Montréal, 21 février 2020). Les commissions scolaires anglophones avec d’autres groupes de citoyens de langue anglaise comme APPELLE-Québec dirigé «étonnamment» par l’ex-député anglophone libéral du Québec (PLQ), Geoffrey Kelley. Et encore une fois, ces groupes radicaux seront aidés financièrement par le gouvernement libéral du Canada (PLC). Il faut le faire! Quand est-ce qu’allons-nous arrêter de faire rire de nous autres et quand est-ce qu’allons-nous commencer à nous respecter pour de vrai?

 

Les anglos et les compagnies ont tous les droits… acquis

Les élus de Grenville-sur-la-Rouge, une petite municipalité de 2800 habitants, votent démocratiquement contre un gros projet de mine à ciel ouvert dans cet endroit de villégiature et hop, la manière de Vancouver, Canada Carbon, intente une grosse poursuite judiciaire : «Outaouais. Une minière poursuit un village pour 96 millions$» (Le Devoir, 6 mars 2018). Contrairement à d’autres que nos gouvernements aident financièrement à contester des lois québécoises sur la laïcité et l’abolition des commissions scolaires, dans ce cas-ci, pas question de contrarier la minière de Vancouver Canada Carbon et de la brimer dans son droit inaliénable d’opérer où elle veut et quand elle le veut. C’est pourquoi le PLQ n’a pas cru bon aider le petit village à se défendre contre cette poursuite abusive et injustifiée. Le PLQ préfère prendre parti pour secourir les causes légitimes et morales des anglos du Québec : «Poursuite contre Grenville. Le gouvernement (PLQ) n’a pas l’intention d’intervenir» (Le Devoir, 8 mars 2018). Bah, que les citoyens du village de Grenville se comptent chanceux d’être poursuivis pour seulement 96 millions$ car la manière canadienne Cosigo Resources vient d’intenter une poursuite judiciaire de 22 milliards$ contre le gouvernement de Colombie pour les mêmes raisons : «Une minière canadienne poursuit la Colombie (pour 22G$)» (Radio-Canada, 27 février 2020). J’ai bien dit 22 milliards, pas 22 millions.

 

Bien normal que le PLQ n’ait jamais aidé les municipalités et les citoyens à se défendre contre les abus juridiques de grosses et riches compagnies, lui qui en plus d’être le parti des anglophones et des allophones, a toujours été le faire-valoir des pétrolières et des minières, même au mépris des droits des individus et de l’environnement.

 

  • «Exploration pétrolière et gazière : Québec (PLQ) refuse de mettre les terres agricoles à l’abri» (Le Devoir, 17 novembre 2016)
  • «Les réserves fauniques ouvertes (par le PLQ) à l’exploration pétrolière» (Le Devoir, 18 août 2016)
  • Des forages permis dans les lacs et rivières (gracieuseté du PLQ)» (Le Devoir, 5 août 2018)

 

Un peu plus et le PLQ aidait les compagnies à poursuivre en justice les municipalités et aussi les groupes écologistes.

 

Au tour de Ristigouche de goûter à la médecine des gros

Gastem, une pétrolière dans laquelle le PLQ a investi des millions de dollars en fonds publics, offusquée ru refus des élus de Ristigouche, intente elle aussi une action juridique : «Poursuivi par une pétrolière (Gastem), un village (Ristigouche) de 157 habitants a besoin de 70 000$ (pour se défendre juridiquement)» (Le Journal de Montréal, 28 août 2017). Réaction du PLQ au pouvoir : «Québec (PLQ) laisse Ristigouche se défendre seule» (Le Devoir, 17 novembre 2014). Au PLQ, l’intérêt particulier de «certains» a toujours primé sur l’intérêt général.

 

Une démocratie à géométrie variable

Vos gouvernements vont défendre et appuyer financièrement, avec votre argent, uniquement les causes jugées pertinentes et louables comme la défense de la puissante minorité anglophone du Québec. Pas question, par contre, de subventionner les municipalités, les citoyens et les organismes écologistes qui veulent empêcher les gros de polluer notre bien collectif qu’est l’environnement. La création de richesse, même pour seulement une minorité, prime sur la pollution qui affecte bien souvent que le menu fretin de la société. On appelle ça vivre en démocratie dans un pays libre où tous jouissent supposément des mêmes droits. On a des gouvernements plus prosaïques que pragmatiques.

 

Afin de «dépomper», me permettez-vous de terminer par une drôle? «Changements climatiques. Le patronat mise sur les lois (naturelles) du marché» (Le Devoir, 25 novembre 2016). Loin de me «dépomper», ma blague pas ben drôle me «pompe» davantage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s