Facebook finance la Presse Canadienne : propagande ou philanthropie?

Ici, c’est tout le contraire qu’en Chine et en Russie

Ce qu’il fait bon vivre au Québec et en Occident, où l’on jouit d’une presse totalement indépendante, intégralement objective et «full» libre, ce qui n’est pas le cas pour les pauvres personnes désinformées et manipulées par les médias détenus par l’État en Russie, en Chine, à Cuba, etc. Oui, ici le Devoir, La Presse, le Journal de Montréal et la Presse Canadienne (PC) se font un plaisir, que dis-je, un devoir journalistique de critiquer négativement, sur une base très régulière, ce qui se passe de mal et même de très mauvais en Chine et en Russie, Il n’y a absolument rien de bon dans ces pays.

Ici, en Occident, ce n’est pas pentoute pareil. Nos gros médias d’information sont détenus par des milliardaires comme Murdoch, Bloomberg, Bezos (Amazon), et ils sont financés intensément par l’État. Et ça c’est correct. Ces sont de riches philanthropes et des gouvernements démocratiques pour qui la transparence et la vérité sont les deux vertus qui les guident en tout temps. Ici, en Occident, nos médias et nos gouvernements n’ont jamais versé dans la propagande. La propagande est au socialisme ce que la liberté, l’égalité des chances et le juste partage de la richesse sont au capitalisme. Oui, et je l’admets, il y a peut-être un petit peu de corruption faite par nos fleurons économiques auprès de nos partis politiques et un petit brin de collusion entre agents économiques en situation d’imparfaite concurrence mais pas aussi prononcée et malsaine que dans les systèmes communistes. Les gros annonceurs et l’État subventionnaire ne s’ingèrent jamais dans nos médias imperméables à tout et en tout temps.

Les avantages des monopoles privés pour le consommateur

Bah, un monopole capitaliste, surtout pas étatique, c’est bon comme lorsqu’en 2013 Transcontinental a acheté tous les journaux régionaux de Québecor au Québec pour qui, selon le lumineux et lucide éditorialiste de La Presse, Jean-Philippe Décarie (anciennement du Journal de Montréal), se faisaient une «concurrence irrationnelle» : «La fin d’une ère belliqueuse» (La Presse, 6 décembre 2013). Selon lui, ces deux entreprises menaient une «compétition belliqueuse et commercialement négative». Bon, on vient d’apprendre, comme ça, qu’il y a dans la vie des situations de concurrence rationnelle et irrationnelle.

La concurrence mène à l’agressivité plutôt qu’à la fraternité

C’est un peu comme en 2000, les deux plus importants câblodistributeurs du pays se sont partagés le pays en s’échangeant des clients. Enchantée par ce beau geste de fraternité, l’humaniste journaliste Sophie Cousineau de La Presse a alors rédigé un beau texte vertueux intitulé : «Pacte de non-agression Rogers-Shaw» (La Presse, 24 mars 2000). Oui, vous venez aussi d’apprendre une autre chose en économie grâce à nos vaillants journalistes : la concurrence ça devient «agressant» à la longue. Mieux vaut faire preuve de diplomatie entre gens bien élevés et s’entendre entre nous.

Merveilleux l’implication de la transnationale Facebook

Oui, Facebook c’est la pure objectivité. Normal, c’est une firme américaine. Ah que j’étais content quand j’ai lu cet entrefilet dans Le Devoir du 17 juin 2020 : «Huit postes à la Presse canadienne grâce à une bourse (d’un million de dollars) de Facebook». Voilà qui va relever le niveau d’objectivité des articles rédigés par les journalistes de la Presse canadienne, relayés par la majorité de nos journaux. N’ayez peur : Facebook c’est une belle grosse compagnie américaine détenue par des investisseurs et des fonds spéculatifs privés. Si c’est privé et américain de surcroit, ça veut dire que c’est blindé en termes de neutralité et d’indépendance face au gouvernement américain. Jamais au grand jamais cette firme ne va fournir de l’information au gouvernement USA même si ce dernier l’exige. Aie, c’est tout le contraire de ce qui se passe en Chine et en Russie. Les States, c’est le summum de la démocratie et de la liberté, tout le contraire des pays communistes. Et l’Oncle Sam, de même que ses médias, n’ont jamais fait de propagande. J’espère que vous me croyez.

Indépendance malgré tout

Les gens de la Presse Canadienne se sont assurés que ce don d’un million$ «favorisera le développement du journalisme canadien sans l’influence de Facebook et qu’il n’y aura aucune atteinte à l’indépendance éditoriale» a déclaré son président Malcom Kirk» (Le Devoir, 17 juin 2020). Que c’est beau de voir une multinationale américaine comme Facebook donner un million de dollars, déductible d’impôt, à un gros média canadien comme la Presse Canadienne. On doit leur faire confiance, même les yeux fermés. Ah, si ça avait été la firme chinoise Huawei qui avait fait un tel don à la PC, alors là cela aurait été totalement différent, et même inacceptable.

Encore Facebook qui s’implique pour une information non biaisée

L’Agence France-Presse (AFP) est l’équivalent de la Presse canadienne mais avec une portée internationale. L’AFP est aussi détenue par des intérêts privés occidentaux et a des journalistes un peu partout dans le monde. Comme l’AFP et la PC sont des firmes privées détenues par des investisseurs occidentaux, c’est l’alpha et l’oméga de l’honnêteté journalistique. D’accord, ils publient régulièrement les mauvais côtés de la Chine, de la Russie, du Venezuela, de l’Iran, mais ils ne peuvent faire autrement car ce sont des méchants pays. Par contre, ils n’ont pas de temps à perdre à nous informer des atrocités commises par l’Arabie saoudite qui a envahi militairement le Bahreïn en 2011 et où des «révolutionnaires», luttant pour une véritable démocratie, voulaient renverser le dictateur en place. Oui, et ça c’est un fait, il y a les bonnes et les mauvaises dictatures aux yeux des Occidentaux. Sam Hussein en Irak et Khadafi en Lybie étaient des mauvais dictateurs. C’est pourquoi les pays occidentaux se sont arrangés pour qu’ils déguerpissent afin d’instaurer la «démocratie» dans ces pays sans aucune intervention extérieure. On les veut libres. Ah oui, l’AFP tient aussi ça mort le putch militaire qui a eu lieu l’an passé en Bolivie car c’était souhaité par l’Occident : on a écarté par la force un président socialiste élu démocratiquement, Evo Morales, par des pantins pro-occidentaux et à la solde de l’élite économique du pays. Depuis ce coup d’État, grâce à l’AFP, on n’a plus de nouvelles de ce pays.

Bon Léo, c’est quoi la bonne nouvelle?

La merveilleuse bonne nouvelle est celle-ci : «Canada. Facebook s’associe avec l’AFP pour restreindre les fausses nouvelles» (Le Devoir, 27 juin 2018). Et dites merci au Devoir de nous avoir communiqué deux fois la même bonne nouvelle : une fois en juin et une autre en décembre : «Facebook. L’AFP intensifie sa lutte contre les fausses nouvelles» (Le Devoir, 4 décembre 2018). J’espère que vous avez une petite idée d’où dans le monde émanent les fausses nouvelles? Mais non, l’AFP n’a jamais au grand jamais publié de «fausses nouvelles» et fait dans la désinformation et la propagande.

Dites-mois que ce n’est pas vrai : Facebook fait de la désinformation

Le 29 juin 2020, Radio-Canada met en ligne cette nouvelle qui m’a bouleversé : «Plus de 160 entreprises boycottent maintenant Facebook». Parmi ces 160 compagnies, il y a Unilever, Coca-Cola, Honda, Starbucks et Patagonia. Mais de quoi ces 160 formes récalcitrantes peuvent-elles reprocher à la sainte transnationale américaine de la techno que vous me demander, ahuris? De ceci : «Le mouvement de boycottage accuse l’entreprise de ne pas en faire assez pour modérer les contenus haineux et la désinformation sur ses réseaux sociaux Facebook et Instagram».

Si des grosses firmes privées, et non des radicaux de gauche, accusent Facebook de faire dans la désinformation et les contenus haineux, comment peut-elle alors sérieusement s’associer à l’Agence France-Presse pour «restreindre les fausses nouvelles» puisqu’on l’accuse justement de faire ça? On rit de vous en pleine face et on vous manipule. Plusieurs ne s’en rendent même pas compte. Et comment la Presse canadienne a-t-elle pu accepter un gros don d’un million de dollars de Facebook sans, selon eux, que ça affecte leur indépendance? Et si ces obscénités avaient eu lieu en Chine ou en Russie, la Presse canadienne, l’Agence France-Presse et Facebook auraient crié à l’ingérence de l’État et à la propagande. Ils auraient comme toujours continué de jouer aux purs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s