Mes dernières drôleries pas comiques

Éric Duhaime comme premier ministre

Suite à la lecture de cet article, j’ai fait un très mauvais rêve : Éric Duhaime venait d’être élu premier ministre de la province à titre de chef du Parti conservateur du Québec et avait nommé comme ministres des complotistes, des climatosceptiques, des anti-masques, des conspirationnistes et des lucides autoproclamés. Ses ministres vedettes étaient Mario Dumont, André Arthur, Guy Chevrette, le doc Mailloux, Nathalie Normandeau, Jacques Brassard, Richard Martineau et cie. Méchant rêve n’est-ce pas? L’article en question est celui-ci : «Éric Duhaime retourne dans l’arène politique. L’animateur radio de droite (à peine) aspire à diriger le Parti conservateur du Québec» (Le Devoir, 23 novembre 2020). Éric Duhaime, premier ministre du Québec, et Maxime Bernier, premier ministre canadien, cela nous mettrait sur la «map».

Biden veut que les États-Unis «guident» le monde

«Biden et son équipe de sécurité nationale entendent mener le monde» (Radio-Canada, 24 novembre 2020). Ah non, pas encore ça. À cet effet, les républicains et les démocrates sont pareils et tiennent à perpétuer l’hégémonie et l’impérialiste américains dans le monde. Commencez-donc par vous guider vous autres mêmes.

C’est à peu près ce qu’avait dit en 2011 l’ex-aspirant républicain à la présidence, Mitt Romney : «Dieu a créé les États-Unis pour qu’ils dominent le monde» (La Presse, 8 octobre 2011). Je fais miens les propos tenus en 2011 par l’ancien président (pourtant de droite) du Mexique, monsieur Vicente Fox, à propos de la façon autoritaire des États-Unis de se comporter dans le monde (entre autres de vouloir imposer leur solution aux Palestiniens afin qu’ils rentrent dans le rang) : «Israël : Vincente Fox fait la leçon à Obama» (Le Devoir, 30 mai 2011). Monsieur Fox a dit : «Le problème avec les États-Unis c’est qu’ils interviennent partout en pensant qu’ils proposent des solutions alors qu’ils ne font que créer des problèmes (encore plus avec Trump). Si des peuples n’arrivent pas à s’entendre, il y a l’ONU. Ce n’est pas à un pays ou à un chef d’État de décider, même s’il est président des États-Unis». C’est malheureusement encore comme ça aujourd’hui.

Trump veut s’accorder un pardon préventif

Absolument rien n’était à l’épreuve de Donald qui veut s’accorder ainsi qu’aux membres de sa famille un pardon «préventif» pour ses crimes commis durant son règne présidentiel : «Des grâces présidentielles comme des aveux de culpabilité» (Le Devoir, 3 décembre 2020). Du jamais vu dans l’histoire. Pourquoi s’autogracier si lui et les membres de sa famille n’ont rien commis de croche? Ça fait louche et ça discrédite les États-Unis. Il était temps qu’il déguerpisse avec sa bande de tatas. Les States s’en porteront mieux à tous les niveaux.

Trump s’est fait voler les élections par des communistes

Donald, ses avocats, ses conseillers et des républicains bornés n’arrêtaient pas, depuis le 3 novembre 2020, de prétendre, sans aucune preuve valable, que les démocrates ont fraudé. Et que sans ce vol, Donald Trump aurait été réélu. Son avocate Sidney Powell, une vraie cinglée, a allégué une «influence massive d’argent communiste venant du Venezuela, de Cuba (qui doivent nager dans les surplus budgétaires même en temps de pandémie) et probablement de la Chine pour intervenir dans nos élections». Quant à son autre avocat «sauté» qui a attrapé le virus de la COVID-19, Rudy Giuliani, il a dénoncé «un plan (machiavélique) de fraude centralisé des démocrates (eux aussi communistes). «Le refus de transition va coûter des vies (Coronavirus), prévient Joe Biden» (Le Devoir, 20 novembre 2020). Un peu plus et ils disaient que Cuba et le Venezuela vont envahir militairement leur pays.

C’est tellement insensé comme énormités que ça en est à la fois drôle et loufoque. On parle ici du pays qui se pose depuis toujours en modèle de démocratie et de liberté dans le monde. C’est ce même Rudy Giuliani qui avait dit, toujours à titre d’avocat de Donald que : «Trump a probablement le pouvoir de se gracier». Et c’est lui, en bon ignorant qu’il est, qui avait proclamé ceci : «Giuliani décrypte ses propos sur «la vérité n’est pas la vérité». Et oui, pour Trump et cie, il y a la vérité parallèle et les faits alternatifs (Le Devoir, 4 juin 2018 et le Journal de Montréal, 21 août 2018).

Israël fait des siennes en Iran (et en Palestine)

«Un haut responsable du programme nucléaire iranien (Mohsen Fakhrizadeh) assassiné» (Le Devoir, 28 novembre 2020). Qui a osé tué ce haut dirigeant iranien, spécialiste du nucléaire, dans son propre pays? Selon le New York Times, il s’agit d’Israël qui ne l’a aucunement nié et démenti : «Selon le quotidien américain, un responsable américain et deux responsables du renseignement ont confirmé qu’Israël était derrière cette attaque (tout à fait odieuse et ignoble)». Comme Israël est l’ami des États-Unis, du Canada et des Européens, l’Occident n’en a fait aucun cas. Aucun reproche et aucune sanction, comme toujours, envers Israël. Et si cela avait été l’Iran qui avait assassiné un haut dirigeant juif en Israël? L’Occident applique une politique d’embargos et de sanctions à géométrie variable : une, disons plus costaude, à appliquer à la Russie, à l’Iran, à la Syrie, au Venezuela, à la Chine, etc., et une, disons plus conviviale, envers Israël, l’Arabie saoudite, le Koweït, la Colombie, la Birmanie, l’Ukraine, etc.

Un milliardaire prodémocratie à Hong Kong

Je suis vraiment tanné de voir nos médias propagandistes par excellence de toujours nous faire passer la Chine et la Russie comme des monstres ambulants. Ils n’ont jamais rien de bon et de positif à dire sur ces pays. Nous faire passer Hong Kong, un paradis fiscal notoire aux inégalités économiques monstrueuses qui était dirigé par une oligarchie locale comme un modèle démocratique, dépasse l’entendement. Ces «révolutionnaires élitistes» se battent pour leurs propres privilèges et non pas pour une authentique démocratie. Des médias occidentaux biaisés qui, comme Trump, nous communiquent des vérités parallèles et des faits alternatifs. Le boutte du boutte de cette désinformation est ce texte émanant de l’Agence France-Press, dont ce n’est pas l’objectivité qui l’étouffe, publié dans Le Devoir, sous le titre de : «Hong Kong. Le patron (milliardaire) de presse (magnat propriétaire de journaux, revues, radios, télés, etc. à Hong Kong) prodémocratie Jimmy Lai inculpé». Je ne sais pas pour vous autres, mais pour moi, essayer de me faire passer comme martyr et révolutionnaire ce milliardaire de Hong Kong qui, en plus, est propriétaire de plusieurs «médias» d’information, c’est trop pousser la note. Vraiment touchant de rencontrer à Hong Kong un milliardaire prodémocratie. Le terme démocratie a le dos large. Il faudrait voir c’est quoi la définition de la démocratie de monsieur Jimmy Lai qui englobe assurément la liberté de commercer et d’agir sans entrave réglementaire, sociale, syndicale et environnementale et de pouvoir financer à coups de milliards de dollars, comme aux States, le parti politique de son choix qui défend le mieux ses valeurs «démocratiques».

Ah non, par encore des ignominies russes

Ce que l’on serait bien sans certains comme les Russes qui continuellement d’adonnent à des attaques informatiques contre nos pays, organismes et institutions démocratiques (jamais les États-Unis et l’Occident ne font ça), qui espionnent et qui volent nos secrets et nos découvertes scientifiques. À lire le titre de ces deux articles, des fois je me demande sérieusement si Le Devoir n’est pas soutenu par… Ah Léo, enlève ces idées scabreuses de ta tête. Ils espionnent encore et toujours afin de voler nos brevets. Ils ne sont pas capables de rien faire sans ça : «Coronavirus. Les recherches de vaccin cibles (évidemment) de pirates russes» (Le Devoir, 17 juillet 2020). Et aussi : «Coronavirus. Les experts (des spécialistes comme on les aime, pas du tout biaisés) émettent des doutes (et des gros en plus de ça) sur le vaccin russe» (Le Devoir, 12 août 2020). Si ça vient de la Russie, c’est évident que c’est un vaccin dangereux qui pourrait empirer la situation et tuer, plutôt que guérir, des malades. Les experts s’entendent pour dire que les vaccins des transnationales pharmaceutiques occidentales milliardaires, c’est mieux que les produits de santé douteux et même dangereux qui sortent de Chine, de Russie et même de Cuba. En fait, rien de bon ne peut émerger de pays dits socialistes. Répétez après moi : vive nos pharmaceutiques capitalistes pour qui la vie prime sur tout, même sur l’argent.

Finir en beauté avec le pape François

Je termine mon oraison par ces autres belles paroles prononcées par le pape François que j’aime beaucoup : «Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en. Nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu’offre la vie». Vous en dites quoi?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s