Vaccins Covid : à la merci des mécréants pharmaceutiques

https://journalmetro.com/sante/2628168/covid-19-le-vaccin-pfizer-biontech-efficace-a-100-chez-les-12-15-ans/

Des gouvernements masochistes

Traités de libre-échange obligent, les pharmaceutiques de médicaments brevetés étrangères présentes au Québec ont massivement fermé leurs usines d’ici, même si elles étaient beaucoup subventionnées. On a qu’à penser aux fermetures d’usines et centres de recherche d’Astra Zeneca et de Squibb Bristol Myers en 2007, de Johnson & Johnson et de Merck en 2010 et de GlaxoSmithKline et de Sanofi en 2013. Oui, on avait au Québec une compagnie pharmaceutique d’envergure internationale détenue collectivement, l’Institut Armand Frappier, qui fabriquait justement des vaccins, mais que nos gouvernements ont privatisé et vendue à l’anglaise Shire afin de «moderniser» le Québec qu’ils disaient. Nous sommes dirigés par des élus qui sont à la fois des ignares et des vendus.

Et depuis toujours, c’est le Québec qui paie le plus cher au Canada : «Médicaments : les Québécois paient 30% trop cher» (Le Journal de Montréal, 9 avril 2014). Arrive le virus de la Covid-19 en 2020 et le Québec doit attendre afin de recevoir des vaccins, même si nous payons le gros prix. Comme nous n’avons aucune pharmaceutique de médicaments d’origine, nous sommes en tout temps et en toutes circonstances à la merci de ces transnationales pharmaceutiques étrangères subventionnées qui dictent leurs lois. En ce qui a trait aux vaccins, les Pfizer de ce monde ont invité nos élus à prendre un numéro et à se montrer patient, même si des gens vont mourir : «Les pharmaceutiques occidentales boudent le Canada. Les fabricants étrangers ont refusé de produire le vaccin ici» (Le Journal de Montréal, 5 février 2021). Colonisés un jour, asservis pour la vie, comme dit le poète.

Des petits politiciens qui jouent au gros

Pierre Fitzgibbon est un ministre caquiste «vedette» qui provient du privé, qui a des intérêts dans plusieurs compagnies et qui compte beaucoup d’amis haut-placés, il ne se gêne pas pour en faire l’étalage. C’est quelqu’un d’important. Alors Fitz prétend (comme dans prétentieux) qu’il va faire revenir au Québec les compagnies pharmaceutiques qui ont déguerpi : «Québec (Fitzgibbon) veut attirer les pharmaceutiques ici en leur donnant accès aux données personnelles de santé des Québécois que possède la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ) et autres ministères» (Le Devoir, 21 août 2020). Il faut être vraiment naïf et nul pour penser faire venir au Québec les transnationales pharmaceutiques en leur donnant nos renseignements personnels. Bien sûr, les élus vont vous dire qu’ils vont prendre tous les moyens pour s’assurer que les pharmaceutiques vont faire un bon usage des donnés et que la confidentialité sera assurée. Vous le savez bien que les pharmaceutiques veulent obtenir vos données personnelles de santé pour uniquement faire avancer la recherche, sauver des vies, et non pas pour faire de l’argent sur le dos des malades. Et Fitz de s’exclamer : «Fournir vos données personnelles aux pharmaceutiques, c’est winner» (Le Journal de Montréal, 20n août 2020). Je vous le dis, ce gars, très imbu de sa personne, est un danger public.

Éric Caire, un ministre autoritaire très à droite

Et l’autre ministre caquiste, Éric Caire, est tout aussi dangereux que Fitz, lui qui, du temps qu’il était à l’Action démocratique du Québec (ADQ), voulait amener ce parti radical de droite encore plus à droite. Le bien commun et l’intérêt collectif ne sont pas des valeurs très élevées dans ses priorités. Et lui aussi, comme Fitz : «Québec (CAQ) veut vendre (pour des pinottes) vos données fiscales et de santé. Le ministre caquiste du numérique, Éric Caire, refuse (en bon petit boss qu’il est) d’en interdire la commercialisation» (Le Journal de Montréal, 29 mars 2021).

Les partis d’opposition, avec raison, ont demandé au gouvernement caquiste de tenir des consultations publiques sur ce sujet très important qui vise tout le monde afin de sonder et de jauger son niveau d’acceptabilité sociale. Réponse de François Legault et de ses mercenaires au service de l’intérêt privé : «La CAQ dit non à une consultation sur la vente et le partage des données médicales (et fiscales) des Québécois aux pharmaceutiques et autres compagnies» (Le Journal de Montréal, 23 septembre 2020). La CAQ ne veut pas de consultations publiques car elle sait très bien que la population s’oppose à cette arnaque. La CAQ préfère consulter et prendre avis auprès des lobbyistes et des experts des pharmaceutiques et autres entreprises du même genre. Des consultations privées à huis clos quoi! Pour faire passer son REM, la CAQ vient de mettre sur pied un gros comité d’experts pour nous farcir la cervelle. Comme ce sont des «experts», on ne peut pas les contredire!

Le prix des vaccins explose sans motif valable

Aucune transparence au niveau des coûts des vaccins, même s’il s’agit de fonds publics. Au début de la pandémie, nos élus parlaient d’un coût prévu pour tous les vaccins d’environ 1,7 milliards de dollars. Aujourd’hui, on est rendu à plus de 9 milliards de dollars, tel que mentionné quelque part dans les 840 pages du dernier budget fédéral du mois d’avril 2021, que la lumineuse Chrystia Freeland a passé sous silence afin de ne pas vexer les pharmaceutiques étrangères.

«Le coût des vaccins explose sans explication» (Le Journal de Montréal, 20 avril 2021). Comme dans le cas des industries pétrolières, bancaires, ferroviaires, internet, aériennes, etc., oubliez les notions de concurrence et les vertueux principes de l’économie de marché avec ses lois supposément naturelles. Nous sommes face à de puissants oligopoles milliardaires qui font la loi; qui dictent leurs prix; qui ont les moyens d’embaucher des milliers de lobbyistes, de politiciens, d’universitaires; qui s’achètent des publi-reportages dans les médias et qui financent abondamment les bons partis politiques. Et, comme ça, sans aucune raison valable, sauf celle d’engranger plus de milliards de dollars en profits, les Pfizer, Moderna et autres pharmaceutiques occidentales très portées sur l’éthique et sur la responsabilité sociale, ont décidé d’augmenter le prix déjà exorbitant de leurs vaccins. Nous sommes pris en otage et sommes des clients captifs de ces larbins corporatifs et nos gouvernements «démocratiques» ne font rien pour que cesse le hold-up. Au contraire, ils se font complices de ces scélérats. Idem en Europe, où le prix du vaccin de Pfizer, vendu encore plus cher au Canada (38$ la dose) est passé en quelques mois de 12 à 15 euros», et puis à 19,5 euros : «Le patron de Pfizer défend le prix élevé de son vaccin». Prix élevé, même si l’américaine Pfizer a reçu les milliards d’euros en subventions publiques de l’Union européenne. Comme d’habitude, le président de Pfizer martèle toujours la même marotte ridicule et risible que leurs médicaments sauvent des vies. Je vous le dis, la fabrication de médicaments devrait relever de sociétés à propriété collective afin d’assurer notre souveraineté dans ce domaine plus que névralgique. Ah oui, les prix démoniaques de leurs médicaments, inaccessibles pour plusieurs, font que ça tue des millions de malades chaque année.

François Legault l’humoriste : rions un peu

Parler pour ne rien dire, c’est ça, et c’est une spécialité de nos politiciens, surtout lorsqu’on entend notre premier ministre québécois s’exclamer ainsi : «Legault pour une autosuffisance médicale «réaliste»» (Le Devoir, 17 février 2021). Admettez qu’elle est drôle. Souveraineté alimentaire par ci, souveraineté médicale par-là, alouette. Une autosuffisance «réaliste» qu’il a dit dans le sens que rien ne changera. Mais prononcer des phrases creuses comme ça, c’est bon pour leur image car ils réussissent à hameçonner des innocents.

Le gouvernement canadien a des principes moraux élevés. C’est beau à voir

Le vaccin russe Spoutnik et les vaccins chinois Sinovac et Sinopharm, utilisés dans plusieurs pays, même européens, sont aussi efficaces que ceux des pharmaceutiques occidentales Pfizer, Moderna, Astra Zeneca et Johnson & Johnson, mais coûtent au moins la moitié moins chère. J’en vois parmi vous qui se demandent dans ce cas pourquoi le Canada ne fait-il pas appel à des soumissions et ne retient-il pas le vaccin le plus économique afin d’épargner des milliards de dollars en fonds publics? Dans la vie, les principes moraux importent davantage que les valeurs vénales et mercantiles. Voilà pourquoi Justin Trudeau et la moraliste Chrystia Freeland n’ont pas fait appel à des vaccins issus de méchants pays socialistes. C’est par principe et non pas par idéologie qu’ils ont fait ça.

Et d’après vous, les Russes et les Chinois ont fait quoi pour inventer leurs vaccins Covid-19? Lisez le titre de ces articles publiés par nos médias québécois alimentés par l’Agence France-Presse, qui sont en tout temps objectifs et empreints de vérité absolue. Jamais ils ne font dans la propagande :

  • «Coronavirus. Les recherches de vaccins (occidentaux) cibles de pirates russes» (Le Devoir, 17 juillet 2020);
  • «Coronavirus. Les experts (occidentaux) émettent des doutes sur le vaccin russe» (Le Devoir, 12 août 2020);
  • «Virus : Washington accuse la Chine de tenter de pirater la recherche sur un vaccin américain» (Le Journal de Montréal, 13 mai 2020).

Voilà, ils nous ont encore une fois espionnés. Les socialistes sont nuls. Les plus grands cerveaux sont tous occidentaux et capitalistes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s