Quand les gouvernants sont actifs et militent pour les paradis fiscaux

Les beaux et courageux discours ne sont que du vent

Comment voulez-vous mettre fin à la vache sacrée de la haute société bienveillante de recourir aux paradis fiscaux afin de frauder l’impôt et de détourner des milliards de dollars chaque année quand nos gouvernants sont partie prenante et complices de cette arnaque? Je le répète : avec un minimum de volonté politique des élus des pays occidentaux, on pourrait rapidement mettre fin au cancer criminel des paradis fiscaux, souvent de moins de 100 000 habitants, et parfois moins de 10 000 : embargos, sanctions, interdiction d’utiliser les monnaies occidentales, entre autres le dollar américain, de recourir à leurs chambres de compensation et ne pas autoriser nos banques occidentales à avoir des affiliés dans ces endroits et de transférer des montants d’argent de plus de 10 000$ environ. Vous voyez que ce n’est pas si difficile que ça de contrer le fléau de l’évasion fiscale institutionnalisée et facilitée par nos gouvernements? Je suppose que les paradis fiscaux font partie de ce qu’on appelle pompeusement «démocratie» et qu’ils sont le reflet de la «liberté» individuelle si chère à nos pays occidentaux? Et qu’ils relèvent de lois supposément naturelles du marché?

Des ministres qui proviennent du privé et des banques

Vous le savez, plusieurs de nos récents ministres sont issus de l’oligopole bancaire canadien qui fait allègrement partie de l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux, comme les comptables et les gros bureaux d’avocats, eux aussi adeptes de ces derniers et où l’on retrouve plusieurs politiciens comme Lucien Bouchard, Jean Charest, Pierre-Marc Johnsson, Raymond Bachand et Monique Jérôme-Forget, la miss PPP et la dame de tôle. Et tous les ministres qui proviennent des institutions financières sont élevés au rang d’étalon mesure de la compétence. Comme ils proviennent du milieu bancaire, ils connaissent très bien les paradis fiscaux mais ils n’en parlent jamais et ne font absolument rien pour les contrecarrer. Ça fait partie de l’immobilisme au Québec de maintenir les gros privilèges de l’élite économique. Au Québec, provenant des banques, on a eu droit dernièrement aux ministres libéraux Carlos Leïtao, Clément Gignac, Martin Coiteux, Nicole Ménard et cie. L’actuel ministre caquiste Éric Girard a travaillé longtemps pour la Banque Nationale. Ils tiennent à faire une bonne job en politique afin de retourner travailler pour la banque après leur retrait politique, comme l’ont fait Raymond Bachand, Clément Gignac et plusieurs autres. Pensez-vous vraiment que des banquiers devenus politiciens ont à cœur le bien commun et nos instruments collectifs? Si oui, arrêtez drette-là de lire cet article car vous allez perdre votre temps.

Les deux fondateurs de la CAQ : Sirois et Legault

Le milliardaire Charles Sirois est un ami personnel de François Legault avec qui il a fondé la Coalition avenir Québec (CAQ). C’est un opportuniste qui a été président du Conseil d’administration de la Commercial and Imperial Bank of Commerce (CIBC) et qui est un gros siphonneux de fonds publics qui a reçu, et ce n’est pas un hasard, beaucoup de fonds publics de la CAQ. En 2019, l’arriviste Sirois, prenant fait et cause pour les paradis fiscaux, s’exclamait ainsi : «Charles Sirois cautionne (et encourage) l’utilisation de filiales étrangères (localisées dans les paradis fiscaux)» (La Presse, 28 mai 2012).

En 2016, François Legault a menti à propos des paradis fiscaux en affirmant qu’Air Transat (la compagnie qu’il a co-fondée) n’avait jamais, au grand jamais, créé de filiales dans les paradis fiscaux avant de se contredire et d’admettre que sa compagnie avait une antenne à la Barbade (un paradis fiscal notoire) : «Legault se contredit sur les paradis fiscaux» (Le Journal de Québec, 25 janvier 2016). Et continuant à verser dans l’hypocrisie, François Legault a joué la vierge offensée lorsqu’il a appris que la prétentieuse joueuse de tennis Eugénie Bouchard avait élu domicile aux Bahamas (un autre important havre fiscal) : «François Legault critique Eugénie Bouchard» (Le Journal de Montréal, 5 septembre 2018). Réplique d’Eugénie Bouchard, faisant l’objet d’une très drôle remarque du chat botté parue dans le Journal de Montréal du 5 septembre 2018 : «Who is François Legault?».

Les Pandora Papers et le ministre caquiste des Finances

Lors de la récente publication des Pandora Papers, résultat d’un travail du Consortium international des journalistes d’investigation, dont fait partie CBC, l’actuel ministre caquiste des Finances, qui provient de la Banque Nationale, friande des îles fiscales paradisiaques, s’est exclamé ainsi afin d’émouvoir le peuple : «Jugeant inacceptables (hum! Hum!) les agissements visant à esquiver l’impôt par l’entremise des paradis fiscaux, Éric Girard estime que la lutte à l’évasion fiscale doit se poursuivre (et il aurait dû plutôt dire qu’elle doit véritablement commencer)» (Le Journal de Montréal, 5 octobre 2021). Évidemment que ce ne sont encore une fois que de belles paroles creuses, les mêmes redites cent fois par ces ministres complices et corrompus. Plusieurs élus complaisants devraient lire cet article publié dans Le Devoir du 18 mai 2018 : «La finance mondiale clouée au pilori par le Vatican. L’accumulation des richesses dans les paradis fiscaux est montrée du doigt».

Nomination d’un banquier à la tête de la Caisse de dépôt

Autre preuve que les politiciens sont complices des criminels paradis fiscaux : en 2020, le gouvernement caquiste a nommé comme nouveau président de la Caisse de dépôt et placement du Québec monsieur Charles Émond, qui était jusqu’alors haut dirigeant à la Banque Scotia : «La Caisse a trouvé son nouveau président. Charles Émond succédera à Michael Sabia (qui lui provenait de Bell)» (Le Devoir, 30 janvier 2020). Un non-sens total et intégral de toujours nommer à titre de président de nos instruments collectifs des affairistes qui proviennent du privé et qui, comme dans le récent cas à la Caisse de dépôt, sont issus de secteurs d’activités monopolistiques comme les banques et l’Internet canadien formé de Bell, Telus, Rogers et Vidéotron. Pourquoi ne pas nommer un haut fonctionnaire commis d’État pour diriger nos biens publics? On fait la même chose au niveau de la nomination d’ambassadeurs et de diplomates à l’étranger. Des gens d’affaires qui ne connaissent rien à la diplomatie et peu en politique, en histoire et en géographie.

Les paradis fiscaux en permanence, dit Émond

Bon, revenons au banquier Charles Émond nommé grand patron de la Caisse de dépôt, qui s’est empressé de défendre héroïquement le bien-fondé des paradis fiscaux : «Les paradis fiscaux sont là pour rester» (Le Journal de Montréal, 21 février 2020). Pour de tels propos, il aurait dû être congédier sur le champ car il légitime les passes fiscales criminelles. Voilà pourquoi la Caisse de dépôt a plusieurs investissements dans les paradis fiscaux et plusieurs partenaires domiciliés dans des refuges terroristes fiscaux. Comment peut-on tolérer qu’une société à propriété collective agisse de la sorte? Si on accepte ça, cela signifie que l’on est complice. Une nouvelle de la banque d’où provient Émond : «La Scotia fait des acquisitions aux Bahamas et au Panama» (Le Devoir, 3 avril 2010). Et les banques d’ici qui viennent dire pour mieux rire du monde : «Les banques affirment freiner l’évasion et l’évitement fiscaux» (Le Journal de Montréal, 18 novembre 2015).

Et Sabia aussi aime les paradis fiscaux

Et l’ex-président de la Caisse de dépôt Michael Sabia, pas mieux que le nouveau, qui avait dit ceci : «Paradis fiscaux. Sabia défend les investissements de la Caisse» (Le Devoir, 3 mai 2017). De petites gens qui nous font la morale. Et ce fumiste a été nommé récemment par Justin Trudeau à ce poste prestigieux : «Michael Sabia devient sous-ministre fédéral des Finances» (Le Journal de Montréal, 7 décembre 2020). Comme commis d’État modèle, Sabia c’est le top du top.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s