Aux innocents : vous vivez sous la dictature capitaliste

Un fait évident : les détenteurs de capitaux dirigent

Ah que vous êtes fiers de dire que vous êtes libres et que vous vivez en démocratie : oui, à tous les quatre ans, vous votez pour différents partis politiques, mais ils sont tous inféodés au grand capital. À part quelques petites différences, les démocrates et les républicains aux États-Unis ainsi que les libéraux, les conservateurs, les caquistes et les péquistes au Canada, c’est pas mal du pareil au même. Aucun changement structurel réel pour s’attaquer vraiment aux odieuses inégalités économiques, aux paradis fiscaux, aux subventions, au réchauffement de la planète, aux prix shylockiens imposés par les cartels du GAFAM, du pétrole, des médicaments, de l’internet, des banques, etc. C’est comme le tata et le toto qui clament qu’on est libre d’acheter notre essence chez Esso, Shell ou Ultramar ou de s’abonner chez Telus, Bell, Rogers ou Videotron, qui ont, par contre, tous les mêmes prix pharaoniques et qui vous arnaquent tous. Ne me dites pas que c’est démocratique puisqu’en Occident, vous pouvez participer à du mémérage dans les lignes ouvertes et envoyer votre opinion éclairée dans un quelconque média écrit. Ben non, jamais à Cuba, en Russie ou en Chine les gens ont le droit d’exprimer leur opinion et suggérer des changements au niveau des assemblées de villes, de villages, d’hôpitaux, d’éducation dont plusieurs représentants de la population font partie.

Dites-moi, qui dicte le prix de l’essence?

Si vous répondez naïvement à ma question que le prix de l’essence est fonction des lois «naturelles» du marché, je vous recommanderais de passer à autre chose. Allô marché quand l’exploration, le raffinage et le détail sont détenus et contrôlés par une poignée de transnationales comme Shell, Exxon, BP, Chevron et Total, qui augmentent toujours toutes leurs prix en même temps et en dépit du fait, malgré leurs mensonges, que l’offre excède toujours la demande.

Il y a concertation qu’a dit Couillard l’érudit

Philippe Couillard, alors premier ministre libéral du Québec, a affirmé en 2018 que : «La variation des prix de l’essence est apparemment concertée» (Le Devoir, 31 mai 2018). Mais il n’a rien fait pour arrêter l’escroquerie. Nos gouvernements ont seulement le pouvoir d’appliquer des lois et des règlements qui ont été voulus par le patronat et qui ont reçu leur approbation. C’est lui qui fixe l’ordre du jour et détermine ce qu’il va y avoir au menu politique.

On se fait voler tout rond dit Harper

Stephen Harper, qui a hélas été trop longtemps premier ministre conservateur du Canada, a dit en 2008 que : «Harper/Prix de l’essence. Les Canadiens escroqués. Les pétrolières ne font pas payer le juste prix» (Le Journal de Montréal, 13 septembre 2008). Dans nos démocraties larvées, ce n’est pas le peuple qui est souverain. Ça fait que l’on continue docilement à se faire escroquer sans que les élus soient en mesure d’agir. Harper n’a rien fait, trop occuper à «éduquer» les Palestiniens à aimer Israël, malgré le fait que…

Pas vrai, Charest et Bouchard sont intervenus

En 2008, Jean Charest, alors premier ministre libéral et son ministre des Ressources naturelles, feu Claude Béchard, ont, face à ce vol institutionnalisé, approché tout doucement les pétrolières afin de les supplier d’expliquer aux automobilistes captifs leurs hausses de prix : «Coût de l’essence. Québec (PLQ) invite les pétrolières à collaborer» (La Presse, 5 avril 2009). Et puis, en 2011, s’étant fait montrer la porte côté jardin, Charest, devenu plus tard lobbyiste pour le privé, largue cette autre énormité d’aplaventrisme : «Jean Charest préfère laisser la concurrence (même s’il y en a aucune) influer sur le coût de l’essence. Pas de prix plafond à l’horizon» (La Presse, 14 mai 2011). Et aux malfaisants du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui avaient osé se rebiffer et protester contre les hausses injustifiées : «Lucien Bouchard (alors premier ministre péquiste) déplore le boycott des pétrolières» (Le Journal de Montréal, 18 avril 2000). Laissez-vous donc plumer sans rien dire dans ces pays occidentaux où certains ont plus de liberté et de pouvoir que d’autres. À la fin de son service politique, Lucien est devenu, comme par hasard, président au Québec de l’Association pétrolière et gazière. Quelle coïncidence! Merveilleuse démocratie! Lucien, vraiment un gars du peuple, au même titre que Michel Chartrand, non?

Prier pour faire baisser les prix. Ben quoi?

Au lieu d’attendre béatement que les politiciens interviennent pour défendre la population contre ces mafiosos pétroliers et ordonner des baisses de prix, faites donc plutôt comme ce que plusieurs Américains font : «États-Unis/Essence. On prie Dieu pour faire baisser les prix» (Le Journal de Montréal, 27 avril 2006). Et pourquoi pas faire un chemin de croix à l’Oratoire St-Joseph et faire brûler une douzaine de lampions extra-jumbos?

Les journalistes au service de la classe dominante

Comme toujours, les représentants de nos médias d’information appartenant à de gros intérêts privés (Québecor, Bell, Rogers, Cogeco, Bezos, Murdoch, Bloomberg, etc.), prennent fidèlement partie pour leurs maîtres qui les font vivre. Face aux hausses injustifiées de l’essence, Maxime Bernier, dans son article paru dans La Presse du 12 mai 2011, nous invite gentiment à s’écraser : «Frustration à la pompe. Le prix de l’essence augmente malgré la baisse du brut. Et les automobilistes devront prendre leur mal en patience». Ayoye!

Il faut être positifs

D’autres excellents effets bénéfiques des hausses répétées du prix de l’essence selon la version de journalistes de La Presse qui était alors détenue par Power Corp., un important actionnaire de la transnational pétrolière Total : «La hausse du prix de l’essence fait maigrir», puis : «10 raisons de se réjouir du prix de l’essence (selon l’évangile de François Cardinal)» et enfin, comme supposément hausse du prix rime avec diminution du nombre de morts sur les routes et réduction de la pollution : «L’essence chère a de bons côtés» (La Presse, 16 septembre 2007, 12 juillet et 4 août 2008). Le premier prix de l’asservissement revient à la fabuleuse ex-ministre libérale de l’Environnement qui a, en 2008, largué cette perle : «Le prix fort de l’essence aidera à réduire les GES, selon Line Beauchamp» (Le Devoir, 13 juin 2008). Allô ministre de l’Environnement. Plus le type de représentante de commerce.

Aliments et pétrole : les spéculations ont beau jeu

Ben oui, la hausse du prix des aliments est due, selon nos journalistes affranchis, et à leurs experts, aux lois «naturelles» du marché. Les dirigeants et les propriétaires sont alors malheureusement contraints d’assister impuissants à ces fortes augmentations de prix. Ils n’y sont pour rien. Petit rappel à nos journalistes «professionnels» opérant dans des médias d’information dits libres. En 2013, c’est l’ONU qui a dit que dans le cas du pétrole et des aliments : «La spéculation, les deux tiers du problème» (La Presse, 15 avril 2013). Et oui, le pseudo-capitaliste est le royaume des spéculations et des profiteurs.

Et spéculer sur les aliments et le pétrole est payant pour les banques et autres institutions financières comme l’a claironné l’allemande Deutsche Bank : «Récolter les fruits de la flambée des prix alimentaires» (Le Devoir, 7 juin 2008). Et les petits agriculteurs de pays pauvres sont égorgés d’un côté par le cartel des semences et pesticides (Mosanto-Bayer) et de l’autre côté par les grandes entreprises qui achètent leurs récoltes en leur imposant leurs prix (De Schutter et Ziegler critiquent la FAO. Le Devoir, 8 juin 2008).

Suite dans ma prochaine chronique

Le temps passe si vite. Si nous vivons apparemment en démocratie, dans une économie de marché dans laquelle les agents économiques présents se font une vive concurrence, je vous demanderais de méditer sur le titre de ces articles et sujets qui démontrent que nous vivons plutôt sous la dictature des potentats et des transnationales :

  • «Internet. Les forfaits mobiles canadiens seraient parmi les plus élevés au monde» (Le Journal de Montréal, 10 octobre 2021). Et Bell, Rogers, Telus et Vidéotron qui ne veulent pas aller en région. Pas grave, l’État va leur offrir des milliards$ en subventions pour daigner y aller comme il l’a fait pour Air Canada et le CN. Allô démocratie. Bizarre, Hydro-Québec va en région avec les mêmes prix appliqués partout au Québec. Il ne faut surtout pas suggérer de nationaliser l’Internet. Vous allez être boycottés par les médias et l’élite qui vont vous traiter de cinglés;

Les pharmaceutiques démocratiques

  • «Médicaments. Les Québécois paient trop chers» (Le Journal de Montréal, 9 avril 2014). Et nos gouvernements laissent faire et ne font rien. Pas grave, on augmentera les impôts du monde ordinaire pour compenser;
  • Pandémie. Le coût des vaccins (Pfizer et Moderna) explose sans explication» (Le Journal de Montréal, 20 avril 2020). Même si c’est beaucoup moins cher, comme c’est aussi le cas du pétrole, pas question d’acheter des vaccins russes (et leur essence) ou chinois. Et puis : «Le patron de Pfizer (transnationale américaine) défend le prix élevé de son vaccin (pour lequel on a éliminé la concurrence des Chinois comme on l’a fait pour l’internet avec Huawai)» (Le Journal de Montréal, 15 avril 2021). On nage dans un paradis démocratique dans lequel le peuple est souverain.

Autres exemples démocratiques de nos pays libres

Pour le REM attribué à la Caisse de dépôt et pour le 3e lien à Québec de 10 milliards$ voté sans aucune étude, avez-vous été consultés? Pensez-vous que les GAFAM sont moins puissants que l’État? Et les paradis fiscaux, ils sont voulus par qui et maintenus par qui? Et pour notre cartel bancaire, on fait quoi? Il ne faut pas parler de nationaliser. Il faut plutôt que nos banques étatiques (Banque fédérale de développement, Exportation et développement Canada, SCHL, investissement Québec) continuent à prendre à son compte les prêts et les investissements risqués et laissent aux banques privées ce qui est payant et sans risque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s