Défigurer et polluer au Québec, pays du tiers-monde

https://www.lapresse.ca/affaires/2021-09-09/rem/les-redevances-depassent-les-100-millions.php

Au Québec, on accepte tout au profit de certains et aux dépens des autres

Des mégaporcheries et une grosse cimenterie au Québec dont la grosse partie de la production est exportée en Asie et dans le Nord-Est des États-Unis. Très polluant, voilà pourquoi le Japon, New-York et Boston n’en veulent pas. Ce n’est pas payant, une fois pris en considération la destruction de l’environnement au niveau de l’air, des sols, des paysages, des rivières, de la nappe phréatique, etc. Pas grave, on va installer ces cochonneries au Québec et, comble de la perversion, elles seront subventionnées en fonds publics par le gouvernement du Québec. En somme, la population paie pour se faire polluer et pour enrichir quelques affairistes.

Il y a aussi les bucoliques éoliennes privées et le REM de l’Est qui, sans aucun débat public, nous sont imposés par le gouvernement et la Caisse de dépôt qui vont défigurer le paysage. Pas grave encore une fois, on va seulement défigurer le décor de quartiers de gens ordinaires à Montréal comme Hochelaga-Maisonneuve et Tétreaultville et d’habitants en campagne comme en Gaspésie. Le rendement économique prime dans un monde capitaliste échangiste. Bah, il y a 60 ans, on a fait la même chose dans mon quartier d’enfance à Montréal appelé le Faubourg à m’lasse. Des smattes ont eu l’idée de développer un quartier des communications, avec en tête de liste le gros édifice de Radio-Canada et le très laid building de TVA au coin des rues de Maisonneuve et Champlain. Pas grave, on a juste démoli des centaines de maisons occupées par du monde ouvrier et chassé des milliers d’adultes et d’enfants de leur coin de la ville de Montréal. Ben oui, ils ont été déracinés mais n’ayez crainte, ce sont des gens qui s’adaptent au changement qui leur est commandé par une élite bien-pensante. Les grosses têtes enflées se sont trompées et ledit quartier n’est jamais devenu le superbe quartier des communications envisagé à l’origine. Bonne nouvelle, on va plutôt construire plusieurs édifices à beaux condominiums qui va gentrifier encore plus ce quartier qu’ils prétendent ainsi «revitaliser». Choisissez les pauvres et les remplacer par des gens biens, ils appellent ça «revitaliser» le quartier.

Parlons des monstrueuses éoliennes privées

Aie, ce n’est pas pour rien que le président français Emmanuel Macron vient tout juste de stopper l’implantation d’éoliennes terrestres (Le Devoir, 11 février 2022). Même l’ex-président de l’opérateur d’éoliennes privées Boralex, issu de la papetière Cascade, monsieur Jacques Gauthier, l’avait dit franchement en 2003 : «Les éoliennes privées coûtent cher et détonnent dans le paysage. Quand ils vont voir de quoi ont l’air les champs de tours en Gaspésie, les gens vont se questionner. L’éolien c’est apparent» (Le Journal de Montréal, 31 mars 2003). Les principaux actionnaires de Boralex n’ont pas du tout apprécié les propos de monsieur Gauthier puisque quelques mois plus tard il fut viré : «Départ-surprise du président de Boralex, Jacques Gauthier» (Le Journal de Montréal, 4 septembre 2003). Comme le dit le poète : «la vérité choque».

Donald Trump a un gros complexe de golf en Écosse où le gouvernement et les affairistes projetaient d’implanter au large des côtes un gros parc d’éoliennes. Donald, avec raison, s’y est fortement opposé et le projet est tombé à l’eau. Il a dit : «Si vous construisez ces monstrueuses turbines, l’Écosse fera faillite et perdra des touristes» (La Presse, 27 avril 2012). Ici, au Québec, on dit que ça va attirer les touristes.

Au Québec, ce sont les faiseux qui mènent

Comme on veut vendre à rabais beaucoup d’électricité au Massachussetts, à New-York et aux centres de données, aux usines de cryptomanie, aux serres, etc., et bien le gouvernement caquiste du Québec va relancer, sans aucune étude mais sous les conseils et directives de lobbyistes et d’experts affranchis, la construction d’affreuses éoliennes privées un peu partout au Québec : «CAQ. Virage vers l’éolien privé au Québec» (Le Journal de Montréal, 26 septembre 2021). Les États de New-York et du Massachussetts veulent de l’électricité pas cher mais pas question de construire des éoliennes chez eux ou dans le Maine et dans le Vermont. On va les construire au Québec qui est plus clément et ouvert en termes de pollution. Comme l’éolien privé coûte très cher, on va faire payer la facture par la population du Québec et réserver les bas tarifs émanant du bloc patrimonial (Baie James et Manic) à l’exportation aux States. Et aux centres de données d’Amazon, de Google, de Vidéotron construits au Québec.

Comme certains Québécois rechignent, alors ce n’est pas compliqué : «L’industrie privée éolienne doit faire de l’éduction selon la firme Léger» (Le Devoir, 6 octobre 2017). Faire de l’éduction dans le sens de camoufler la vérité sur les tenants et aboutissants de l’éolien privé pour la population du Québec. Pas question de faire preuve de transparence. Il faudra se fier aux belles paroles et à la bonne foi légendaire des arrivistes et de leurs élus. Ah, j’oubliais, les journalistes seront mis à contribution par les patrons afin de farcir la cervelle du monde comme ce fut le cas pour la rédaction de ces publireportages que l’on a faussement présentés comme des articles de journaux :

  • «Séminaire de Québec. Des terres pour l’éolien privé» (La Presse, 7 février 2022). Bravo, c’est sur les jolies terres du superbe Séminaire de Québec que sera érigé le plus important parc éolien du Canada par les firmes Boralex et Énergir, anciennement Gaz métropolitain, qui vient de décider de se lancer dans la production d’électricité par le biais d’éoliennes. Je vous l’ai dit, le Québec est pire qu’un pays du tiers-monde dans plusieurs domaines;
  • «Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. La filière éolienne privée a maintenant l’écoute attentive de Québec (CAQ)» (Radio-Canada, 29 janvier 2022). Tout ça sur le bras des Québécois, car les entreprises ne veulent pas payer pour l’éolien privé : «Appels d’offres d’énergie éolienne. Les grands consommateurs ne veulent pas payer» (La Presse, 11 mai 2013). Au contraire, les grosses compagnies veulent obtenir des tarifs bonbons : «Des rabais d’électricité qui coûtent une fortune (545 millions$)» (Le Journal de Montréal, 30 novembre 2017). Pas grave encore une fois, les clients résidentiels captifs seront appelés en renfort : «Rabais pour les grandes entreprises (souvent milliardaires). Leur facture d’électricité pourrait être réduite jusqu’à 20%» (Le Journal de Montréal, 18 mars 2016). Les Québécois n’auront peut-être pas droit à des tarifs préférentiels mais ils pourront jouir de judicieux conseils des ti-clins d’Hydro-Québec afin de réduire leur facture : «Hydro-Québec vous demande (le monde ordinaire) de baisser l’électricité au maximum» (Le Journal de Montréal, 3 novembre 2021). Sortez vos combines à grandes manches;
  • Et une dernière : «Des éoliennes privées qui tournent dans le bon sens» (Le Devoir, 24 avril 2021). Allez, dites merci à vos journaliste préférés qui vous intoxiquent et qui se font les haut-parleurs des fumistes. Malgré les faits, ils persistent à se prétendre indépendants et libres. De vrais bouffons et grelots intellectuels.

Et des mégaporcheries au Québec : hourra et youpi

Les mégaporcheries et leur purin polluent énormément, ce qui n’empêche pas le gouvernement du Québec de les subventionner intensément avec notre argent. Une partie importante des cochons est exportée en Asie comme au Japon et en Chine qui eux ne veulent pas en construire chez eux. Ils préfèrent l’importer. Tressaillez de joie car les porcheries se multiplient au Québec : «Porcheries. Exportations. Des règles à revoir pour limiter les dégâts» (Le Devoir, 24 janvier 2022). Vous allez voir, on va revoir supposément les règles qui vont faire en sorte que l’on va construire encore plus de grosses porcheries au Québec. L’exportation de cochons au Japon et en Chine est plus important que les droits de la personne. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est votre ex-premier ministre : «Chine. Le porc avant les droits de la personne. Silencieux sur la question, Philippe Couillard insiste : «Je venais ici pour l’investissement et l’emploi» (Le Devoir, 31 octobre 2014).

Eh, oh, vous autres, ne soyez pas ingrats et remercier vos amis à La Presse et au Devoir de veiller soigneusement à votre aliénation au profit de nos supposés créateurs de richesse : «Plus vert, le porc québécois» (La Presse, 22 novembre 2012). Et aussi cette pièce d’anthologie : «Agriculture durable. Mégaporcheries, éthique et responsabilité sociale des entreprises. L’industrie agricole devrait se développer selon un modèle écologique et social» (Le Devoir, 31 janvier 2022). Des porcheries vertes, écologiques, éthiques, durables, et quoi encore. On croirait qu’elles sont des organismes philanthropiques. Ah qu’il fait bon au Québec d’avoir une presse libre et indépendante et des entreprises responsables socialement. En tout, c’est l’impression que l’on a à lire nos journaux, à écouter nos radios et télés et à entendre les politiciens et les experts lobbyistes. Il faut toutefois pas trop se poser de questions et prendre pour du «cash» tout ce qu’ils nous disent.

La structure aérienne bétonnées du REM de l’Est

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) vient de produire un rapport étoffé cinglant et dévastateur sur le REM de l’Est conçu par les smattes de la Caisse de dépôt et que veut nous imposer à tout prix le gouvernement caquiste et son ignorante ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, qui a appelé cette laideur (qui, comme le boulevard surélevé Métropolitain, viendra saccager et défigurer les quartiers d’Hochelaga, de Tétraultville et de Mercer) de projet de société, de projet signature de niveau mondial, de projet visionnaire qui va permettre aux jeunes d’avoir accès à des zones de savoir et j’en passe. La Société de transport de Montréal (STM) a formulé les mêmes réserves : «Québec (CAQ) ne fera pas marche arrière sur le REM de l’Est (comme pour le 3e lien)» (Le Devoir, 9 février 2022). Le REM a beau dérailler et défigurer mais il faut toutefois se fier au pif légendaire de notre première ministre qui a dit sans l’appui d’aucune étude que : «REM au centre-ville : ça va être beau, assure François Legault» (Le Journal de Montréal, 27 mai 2021). Comme le dit le poète, les goûts ne sont pas à discuter. Il y a des goûts qui sont sous influence.

Le Québec, une vraie poubelle avec en tête de liste la Gaspésie

Le REM de l’Est dans des quartiers populaires et ordinaires à Montréal et des porcheries, des éoliennes et en prime une belle cimenterie ultra-polluante en Gaspésie et ailleurs au Québec. Oui le ciment est exporté dans le Nord-Est des États-Unis mais les États de cette région américaine n’en veulent pas. Ils préfèrent la laisser au Québec : «Plus gros pollueur du Québec : 40 incidents mais seulement deux sanctions (5000$ d’amendes) pour Ciment McInnis» (Le Journal de Montréal, 8 février 2022).   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s