Canada : Arrestation sans fondement et exclusion de Huawei

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1884826/telecommunications-5g-huawei-ottawa-rejet

Le Canada obéit toujours à son maître américain

En 2018, à la demande des États-Unis, Meng Wanghou, la directrice financière de la transnationale chinoise Huawei, est arrêtée au Canada, à Vancouver pour être plus précis : «La dirigeante de la firme Huawei accusée par les États-Unis de fraude (une accusation intégralement non fondée et frivole). Meng Wanzhou a été arrêté (par la police canadienne) à Vancouver à la demande de la justice américaine» (Le Journal de Montréal, 8 décembre 2018). Comme madame Wanzhou était appelée à voyager beaucoup, les États-Unis ont demandé, selon un texte du Globe & Mail, à d’autres pays de l’arrêter mais ils ont refusé l’invitation tellement les fondements de l’accusation étaient farfelus. Mais pas pour le Canada, le fidèle colonisé des States. Après on se demande pourquoi le Canada est la risée sur le plan de la diplomatie internationale. Les autres pays savent très bien que le Canada est le haut-parleur de l’Oncle Sam.

Et là, au moins de mai 2022, encore à la demande des États-Unis, le Canada s’est excécuté encore une fois : «Huawei enfin exclu de la 5G» et «Huawei et ZTE bannis des réseaux 5G canadiens» (Le Journal de Montréal et Le Devoir, le 20 mai 2022). Remarquez que l’article du JDM mentionne et applaudi que «Huawei soit enfin exclu de la 5G». Écoutez, au Canada, le cartel du sans-fil et de l’internet, qui nous facture les prix les plus élevés en Occident, formé de Vidéotron, Bell, Rogers et Teles, ne veut absolument pas que des entreprises technologiques chinoises viennent briser cet oligopole qui profiterait aux consommateurs. Que serait Québecor avec sa vache à lait actuelle Vidéotron amoindrie par l’entrée au pays de salutaires compétiteurs chinois plus avancés technologiquement comme l’est Huawei? C’est pourquoi les journalistes et les chroniqueurs du JDM montent régulièrement au front pour diaboliser la Chine, les Chinois et leurs entreprises avec des arguments tellement niaiseux. Ils prennent leurs lecteurs pour des morons.

L’important est de préserver l’hégémonie américaine dans le monde

Quand les Européens ont voulu taxer équitablement les GAFAM américaines sur les profits réalisés dans leur pays, le gouvernement américain les ont menacé comme il l’a fait pour bloquer l’entrée en Europe des géants chinois Huawei, Tencent, China Mobil, ZTE, etc. : «Huawei. Trump menace ses alliés (qu’il espionne à tour de bras, alliés ou pas) européens» (Le Journal de Montréal, 17 février 2020). Les États-Unis ont même menacé le Brésil et leur ami Jair Bolsenaro : «Washington presse Brasilia de bloque Huawei» (Le Devoir, 30 juillet 2020). L’économie mondiale de marché d’accord, mais en autant que l’entrée dans ledit marché soit principalement réservé aux transnationales occidentales qui veulent continuer à piller partout sur la planète, aidées par les traités de libre-échange qu’elles se sont tricotées avec leurs élus inféodés. Les USA interdisent aussi les autres de transiger avec l’Iran, Le Venezuela, Cuba, la Corée du Nord, etc.

Hélas, le tapis commence sérieusement à leur glisser sous les pieds, tant sur le plan économique que militaire, avec la montée en force de pays comme la Chine et la Russie. Dans ce cas, il faut, par devoir patriotique, que leurs médias occidentaux démonisent à tous les jours les Chinois et les Russes en les accusant de nous espionner, de voler nos secrets industriels et militaires, d’être des pays communistes qui persécutent leurs citoyens et les privent de liberté (mais pas de services sociaux qui sont supérieurs aux nôtres), d’être des abonnés aux cyberattaques et qui pourraient même nous envahir militairement de leurs bases installées probablement à Cuba et au Venezuela.

Les experts du JDM

Encore une autre farce journalistique grossière publiée dans le JDM du 25 mai 2022, sous la plume de la journaliste Audrey Sanikopoulos : «Le Canada n’est pas préparé pour faire face aux menaces (sic). Le pays négligerait la protection de sa sécurité nationale, selon un rapport d’experts (encore les fameux experts sous influence)». Les experts ont affirmé ceci : «La Chine et la Russie continueront de représenter une menace importante pour le Canada par l’ingérence étrangère, la désinformation, l’espionnage, la diplomatie des otages et les cyberattaques». Jamais au grand jamais les pays occidentaux et les États-Unis ont fait et feront de la propagande, des mensonges, de l’espionnage, du financement de groupes subversifs, souvent par le biais de nébuleuses OBNL, afin de renverser des gouvernements élus démocratiquement ou de structures des coups d’État (comme en Ukraine en 2014), des cyberattaques, etc. Nos médias de désinformation et de propagande cultivent la haine entre pays et entre individus dans le monde afin de perpétuer la domination occidentale à tout prix.

Jean Charest, consultant chez Huawei

Huawei ne devait pas être si pire que ça puisque Jean Charest a été embauché par la firme chinoise à titre de consultant. Mais, comme il vient de se lancer dans la course à la chefferie du parti conservateur du Canada, il s’est viré sur un trente-sous : «Charest se distancie de Huawei» (Le Journal de Montréal, 17 mars 2022). Plus opportunistes que lui, tu meurs!

Et la farce américaine grotesque continue

Voulant arrêter à tout prix la progression de Huawei dans le monde et en occident : «Washington prêt à prendre le contrôle de Nokia (Finlande) et d’Ericsson (Suède) pour stopper Huawei» (Radio-Canada, 7 février 2020). Pour assurer leur impérialisme dans le monde, les States sont prêts à tout, même à envahir l’Irak pour s’accaparer leur pétrole avec comme prétexte de vrais gros mensonges.

Et après Trump, la folie se poursuit avec Joe Biden : «Cinq groupe chinois, dont Huawei, considérés comme des menaces aux États-Unis» et «De nouvelles entreprises chinoises interdites d’investissements américains» (Radio-Canada, 13 mars et 14 juin 2021).

Huawei a supposément volé la 5G à Nortel et à Black Berry

Il est indéniable que Huawei a été le plus novateur au niveau de la 5G et qu’il l’est encore. Mais comme au Journal de Montréal on ne veut absolument par voir Huawei s’installer au Canada et venir concurrencer Vidéotron, on en est rendu à se tourner en ridicule et à écrire de longs textes «d’enquête» qui en disent long sur le sérieux de nos médias. Plus des organes d’endoctrinement que des sources de questionnement et de développement du sens critique des lecteurs. Aie, mes amis, Nortle était une filiale rentable du temps où Bell était un monopole dans le résidentiel et avant la venue du sans-fil et de l’internet. Bell était pratiquement le seul client de Nortel, un peu comme l’avocat du parrain qui disait «I only have one customer». Quand est arrivé la fin de son monopole du téléphone, Nortel a sauté et a fait faillite. Mais qu’à cela ne tienne : «Le Canada (Nortel) se serait fait voler la 5G (par Huawei)». Hé, ho, l’ami journaliste du FDM, Marc-André Sabourin, pousse mais pousse égal, et surtout aie un minimum de respect pour tes lecteurs. Il ne faut pas les prendre pour des imbéciles.

Et l’autre éminent journaliste d’enquête du JDM, Francis Halin, a interviewé plusieurs fois l’ex PDG de Black Berry, une autre compagnie technologique canadienne qui périclite, qui n’est plus l’ombre d’elle-même et qui n’a pas pu soutenir la concurrence dans le sans-fil. Probablement que Huawei a aussi espionné Black Berry et aussi Vidéotron tant qu’à y être. Concernant Huawei, l’ex-PDG de Black Berry, Jim Balsillie, a dit que : «Trudeau joue avec le feu (en preant à la légère la menace de Huawei pour notre sécurité nationale)» (Le Journal de Montréal, 1er mars 2021). Et le 26 mai 2020, ayant de la suite dans les idées, Jim Balsillie, avait suggéré ceci : «Le Canada doit dire non à Huawei» (Le Journal de Montréal, 26 mai 2020).

Et la paranoïa intéressée continue de plus belle au JDM. Ça frisa la folie avec ces articles récents : «Faut-il arracher les antennes Huawei?», «Des tours cellulaires (Huawei) inquiétantes» et «Ottawa veut contrer les espions étrangers (de quels pays selon vous?)» (Le Journal de Montréal, 15 mai et 13 juillet 2021).

Et pendant ce temps, les USA et leurs GAFAMS se paient la traitent

Ben non, les Américains (la CIA et la NSA) n’espionnent personne, surtout par leurs alliés et pas du tout la Chine et la Russie et leurs GAFAMS sont totalement indépendants du gouvernement américain. Évidemment que non : «La National Security Agency (NSA) des États-Unis a espionné Merkel (Allemagne) et ses alliés européens» (Le Journal de Montréal, 30 mai 2021). Bah, c’est pas grave quand ce soir les États-Unis qui nous espionnent : c’est pour mieux nous protéger. Ah ben une drôle : «Ottawa espionne à l’étranger pour le compte de la NSA» (La Presse, 11 décembre 2012). Et aussi : «Rogers et la Banque Royale dans la mire de la NSA» (Le Devoir, 18 mars 2015).

Et la dernière pour vous montrer que les GAFAMS sont sous le contrôle du gouvernement américain, surtout quand il s’agit de prétexter la sécurité nationale. Dans sa guerre perpétuelle avec la Chine : «Origine de la COVID-19 : Biden demande aux services de renseignement un rapport sous 90 jours» (Le Journal de Montréal, 26 mai 2021). Il faut absolument tenir la Chine responsable. Et deux jours plus tard : «Facebook fait volte-face. L’hypothèse d’un coronavirus conçu en laboratoire (en Chine) soudainement devenue recevable sur Facebook» (Le  Devoir, 28 mai 2021).

Et pour terminer, le mot pour rire : «Facebook a financé un campagne de dénigrement cintre la chinoise Tik Tok» (Radio-Canada, 31 mars 2022).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s