Hausse du prix des aliments : un vrai vol (1ere partie)

https://www.lapresse.ca/affaires/2022-05-12/les-petrolieres-font-le-plein-de-profits.php

Comme pour le pétrole : les lois naturelles du marché expliquent tout

Le patronat et les journalistes continuent, comme toujours, à nous mentir afin de nous aliéner et de nous résigner. Aie, qu’ils clament si le prix des aliments, de l’essence, des médicaments augmente en flèche, c’est à cause d’événements importants qui ont provoqué un déséquilibre entre l’offre et la demande. Et dans ce cas, les lois naturelles du marché s’appliquent de façon impeccable qu’ils prétendent. Cette rhétorique patronale relève du mensonge et vos élus sont les complices de ces voleurs et de leur suite royale d’experts, de chercheurs et d’universitaires asservis. En passant, en économie, il n’y a pas de lois naturelles et il n’y pas de marché, un point c’est tout. On essaie de vous faire croire que les hausses de prix de tout découlent de l’application de lois naturelles. C’est la nature qui s’est défoulée sur les consommateurs et les patrons des transnationales pétrolières, alimentaires, bancaires et autres sont absolument innocents. Eux-mêmes n’y peuvent rien pour freiner ces augmentations de prix car ce sont des événements hors de leur contrôle dont la seule responsable est la nature qui s’est déchainée. C’est drôle mais à chaque fois que la nature fait des siennes en économie, c’est toujours au profit des entreprises et au détriment des consommateurs.

À qui profite le crime?

La hausse condamnable du prix des biens et services des derniers mois profite à qui? Où va l’argent? Et ben mes amis, ça s’en va dans les grosses poches des banques, des firmes de l’alimentation, des fonds spéculatifs, qui spéculent sur les aliments, des pharmaceutiques, des pétrolières, etc. : «Les pétrolières nagent dans les profits» et «L’Impériale Esso engrange des profits inégalés depuis 2014» (Le Journal de Montréal, 11 mai 2022 et Radio-Canada, 1er février 2022). Les pharmaceutiques, les pétrolières, les fonds spéculatifs sont reconnus pour volontairement diminuer l’offre afin de doper les prix imposés aux consommateurs captifs pris en otage par ces criminels.

Tout est prétexte au vol

Tous les arguments sont bons pour les capitalistes de tout acabit pour arnaquer les consommateurs laissés à eux-mêmes par les politiciens au service de la classe dominante. Allô démocratie et liberté individuelle. Orages, tempêtes de neige, conflits en Irak et en Ukraine, verglas et autres. Tout est prétexte à arnaquer les consommateurs. Et nos journalistes et animateurs des médias privés occidentaux acquiescent alors tout le temps à l’argumentaire patronal afin de mieux vous écraser. Et si vous osez les critiquer et même entretenir des droits ou des réserves, ils vont vous faire passer pour des fous ou des ignorants avec l’aide des analyses scientifiques de leurs experts, spécialistes et universitaires affranchis. Et pour vous punir, les organes de presse détenus par des milliardaires occidentaux ne vous demanderont plus votre opinion qui est jugée par des domestiques médiatiques comme étant irréaliste et «flyée».

Les spéculateurs et les transnationales sont des escrocs

Mes amis, ça ne date pas d’hier que vous vous faites voler avec la complicité de vos gouvernements dits démocratiques. Ce sont eux qui, de pair et financés par le patronat, ont donné toujours plus de pouvoir aux multinationales et aux banquiers spéculateurs par le biais de la multiplication des traités de libre-échange, par la dérèglementation, par l’acceptation de grosses fusions-acquisitions d’entreprises, par le financement patronal des partis politiques, par la corruption, par les baisses radicales d’impôts et de taxes, etc. Ce qui fait que l’État est devenu de plus en plus incapable de réguler l’économie et d’adopter des lois nécessaires afin de faire cesser les excès. Bien au contraire, ils les ont amplifiés. Oui, dans nos sociétés capitalistes dites démocratiques, le peuple est orphelin et livré aux prédateurs économiques par les élus qui, pourtant, sont censés être leurs défenseurs et leurs protecteurs.

L’ONU l’affirme avec preuves à l’appui

Je ne suis pas le seul à penser ainsi. Déjà en 2013, l’ONU affirmait que : «La spéculation, les deux tiers du problème» (La Presse, 15 avril 2013). Dans l’excellent article de Richard Dupaul, il est écrit que : «Dans l’étude de l’ONU, le CNUCED avance que la spéculation (pétrole, aliments, mines, etc.) est la première cause des fluctuations de prix de matières premières, incluant les aliments. Les hausses de prix n’ont rien à voir avec l’offre, la demande, Dame nature et autres prétextes. Dans le cas du pétrole, la spéculation est le principal moteur qui a propulsé les cours à tous les sommets enregistrés depuis la crise financière de 2008». Même en 2009, l’autorité américaine de régulation des marchés signalait ce fait : «La spéculation a dénaturé les prix du pétrole (et des aliments depuis que nos gouvernements «démocratiques» ont permis aux bandits à cravate de spéculer sur les aliments comme le sucre, le blé, le soya et tous les autres)» (La Presse, 29 juillet 2009).

Le rapporteur de l’ONU passe lui aussi pour un cinglé

En 2012, l’ex-rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, avait signalé ceci : «Les spéculateurs sur les aliments devraient être traduits devant un tribunal pour crime contre l’humanité… Les fonds spéculatifs occidentaux (hedge funds) et dix sociétés transcontinentales privées contrôlent 85% du commerce des aliments dans le monde». À l’Assemblée générale des Nations unies, les ambassadeurs américain et canadien lui sont tombé dessus pour avoir tenu de tels propos irrévérencieux qui constituaient, selon ces sbires, une intervention intolérable dans le divin marché (Jean Ziegler pourfend les affameurs. Le Devoir, 3 avril 2012). À cet effet, puis-je vous inviter à lire l’éditorial du retraité Serge Truffaut publié dans Le Devoir du 10 avril 2012 et intitulé : «Crise alimentaire. Banalité du mal». Retraite de monsieur Truffaut : grosse perte d’un esprit critique qui n’a jamais été remplacé pour de vrai au Devoir.

Les transnationales accaparent les terres partout

Et oui, le vol occasionné par le prix démentiel des aliments est dû au fait du cartel économique prévalant en amont et en aval : au détail, quelques gros joueurs dominent le marché et imposent leurs conditions aux fournisseurs, aux agriculteurs et aux consommateurs. Et au niveau de la propriété des terres agricoles, elles sont de plus en plus détenues par des banques, des fonds spéculatifs, des transnationales comme les américaines Dole, Del Monte et Chiquita, qui sont de gros importateurs propriétaires d’immenses fermes en Amérique latine et en Afrique. Sans compter sur l’oligopole des pesticides et des engrais sur lequel trône Mosanto-Bayer.

Pour finir, je vous laisse sur ces quelques faits révélateurs

Mes amis, je vais apporter plus de précisions dans mon prochain texte, qui portera aussi sur le vol occasionné par le prix des aliments et planifié par les profiteurs. Par exemple, puis-je vous offrir ces quelques textes qui portent à réflexion et qui serviront de point de départ à mon prochain article?

  • «Morgan Stanley (un gros fonds d’investissement américain comme Goldman Sachs et Bain Capital) a acquis des terres en Ukraine (ah ben chose) ainsi qu’en Amérique du Sud» (La conquête mondiale des terres agricoles. Le Devoir, 8 septembre 2009);
  • «La firme français AgroGeneration va doubler ses terres cultivées en Ukraine (L’Occident peut bien aimer l’Ukraine. Qui a intérêt à réduite l’offre et à affamer le monde!). Benneton vient d’acquérir 1 million d’hectares en Argentine» (La Presse, 5 avril 2010);
  • «Un banquier américain vient d’acquérir 400 000 hectares de terres agricoles au Soudan» (La Presse, 30 janvier 2009);
  • «Terres agricoles. Quand les banques s’en mêlent» (La Presse, 29 mai 2012);
  • «Acheter des terres agricoles, un pari peu risqué» (La Presse, 5 avril 2010). Oui la hausse du prix des aliments est un vol. La pandémie et le conflit en Ukraine ne sont que des prétextes mensonges.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s