Pour que la hausse des prix cesse

https://www.lesoleil.com/2022/06/15/face-a-linflation-galopante-la-fed-procede-a-la-plus-forte-hausse-des-taux-depuis-1994-b5c25392b9c7580c0b362340f03523b0

Causes et impacts de la hausse des prix

Oui, encore une fois, la Banque du Canada et celle des États-Unis (Fed) viennent d’augmenter radicalement les taux d’intérêt directeurs, ce qui va accentuer les risques de récession, appauvrir davantage la classe moyenne et la classe ordinaire, augmenter les taux d’intérêt sur les hypothèques et sur les cartes de crédit et accroître davantage les inégalités économiques déjà criantes. Pendant ce temps, les salaires des travailleurs augmentent certes, mais pas assez pour compenser la hausse du prix des aliments, de l’essence, des intérêts, des médicaments, etc. Ça donne pour résultat que le monde ordinaire s’appauvrit de nouveau en termes de pouvoir d’achat. Quant aux grosses compagnies, souvent étrangères, comme les pétrolières, les firmes d’alimentation, les minières, les pharmaceutiques et les banques, elles engrangent des profits records car ce sont elles qui, en maîtres du monde, orchestrent ces augmentations de prix à leur guise et à leur profit en prétextant le conflit en Ukraine, les chaînes d’approvisionnement, la pandémie et autres excuses pathétiques que nos journalistes, universitaires et politiciens gobent facilement car ils sont complices de ces arnaques. Ah oui, pour vous insulter encore plus, ils vont vous dire que ces hausses de prix et l’inflation qui en découle relèvent de l’application des lois dites naturelles du marché. Comme si dans les secteurs bancaires, internet, sans fil, pétroliers, pharmaceutiques, transport ferroviaire, GAFAM, alimentation au détail, forestiers et autres il y avait un véritable marché composé de centaines d’agents économiques qui se font une vive concurrence et que jamais aucun ou quelques-uns ne dominent l’industrie. Est-ce que j’ai une poignée dans le dos? Si vous ne me croyez pas, allez voir les bénéfices nets réalisés par les transnationales, comme Esso, Pfizer, Loblaws, les banques canadiennes, les pharmaceutiques, les GAFAM, le cartel Bell-Rogers-Telus-Videotron, etc. Pas seulement pour l’année 2021 mais aussi en 2020 pendant la pandémie. Puis, avez-vous été voir? Et ça donne quoi? Vous voyez, force est d’admettre qu’en toute humilité j’ai encore raison. Et pendant ce temps, dans le plusss meilleur pays démocratique du monde : «Un Canadien sur cinq déclare avoir souffert de faim» (Radio-Canada, 6 juin 2022). Oui les transnationales sont des tyrans et des dictateurs qui vous imposent ces hausses de prix, les politiciens sont leurs valets et les journalistes et experts de tout acabit sont leurs mercenaires idéologiques qui versent dans la propagande afin de vous farcir la cervelle et amener chez vous soumission et résignation pour que vous veniez à croire et à dire qu’il n’y a rien à faire, toutes ces hausses de prix relèvent uniquement de l’application des lois naturelles du marché. Et il ne faudrait surtout pas que les gouvernements interviennent en décrétant un contrôle des prix car ce faisant, ils vont empirer les choses en polluant la vierge nature économique avec leurs lois et règlements. Tout de même incroyable on (entreprises et particuliers) grimpe dans les rideaux si le gouvernement ose augmenter les impôts et les taxes, même modestement, pour financer nos services publics mais on accepte sans rechigner les hausses de prix dictés par les transnationales occidentales de ce monde sous prétexte que c’est le marché et qui empochent des milliards de dollars en profits additionnels. Il faut que l’on soit endoctriné, et pas à peu près, par nos politiciens, journalistes, universitaires, chambres de commerce et autres experts. Les prétextes avancés pour justifier les hausses de prix sont de vrais mensonges d’une grande pureté. Comprenez-vous ça?

Les ridicules conseils du directeur de la Banque du Canada

Incroyable mais vrai, le directeur de la Banque du Canada a conseillé aux entreprises afin de freiner la hausse des prix d’y aller mollo avec leurs augmentations de salaires accordées à leurs employés ordinaires, ce qui, pour cet expert, nourrit et perpétue l’inflation. Comme si l’augmentation des salaires des travailleurs était responsable de la hausse des prix. Monsieur le directeur de la Banque du Canada, la principale cause de l’inflation, c’est la hausse des prix décrétée par les entreprises en prétextant l’Ukraine, la pandémie, la vague de chaleur provoquant la sécheresse et incendies, etc. qui est la seule et unique responsable de cette filouterie qui profite aux multinationales et à leurs actionnaires aux dépenses de la classe moyenne.

Oh non, jamais le directeur de la vénérable Banque du Canada a demandé aux entreprises de limiter le salaire de leurs dirigeants, de réduire leurs dividendes et leurs rachats d’actions profitables aux détenteurs de capitaux et de diminuer leurs prix afin de se contenter d’un taux de rendement sur le capital investi raisonnable. Jamais il a suggéré de briser les nombreux cartels sévissant dans plusieurs secteurs économiques qui sont plus puissants que nos gouvernements démocratiques. Et les regroupements et achats de grosses entreprises continuent.

Sages conseils des économistes de banques

Il y a aussi les économistes de notre cartel bancaire canadien formé des banques Nationale, CIBC, TD, BMO, Royale, Scotia et Desjardins qui, dans leurs sérieuses et objectives études économiques, reprises avec enthousiasme par nos médias privés et subventionnés grassement par l’État et par des firmes comme Google et Facebook, ont dit qu’il ne fallait pas que les gouvernements interviennent en décrétant un contrôle des prix vitaminés par nos lascars économiques. Il faut laisser la nature économique faire paisiblement son travail naturel. Il faut laisser le marché faire son œuvre.

Relaxez, ça va être de courte durée

Pour vous embobiner toujours plus, les experts vous disent que l’inflation sera de courte durée, afin de vous calmer et de ralentir vos ardeurs, même si les conséquences de la répartition de la richesse seront permanentes. La banque centrale américaine l’a dit au mois de juin 2021 : «Pour la Fed, la hausse des prix est temporaire» (Le Devoir, 17 juin 2021). Plus d’un an après, la hausse des prix, loin de ralentir, s’accentue. Bah, si la farce grotesque des augmentations de prix fixées par les despotes économiques continue, les experts, genre mercenaires, vont alors entrer dans la danse et vous dire que c’est à cause de la Russie, du COVID, des tornades et ouragans, des sécheresses et pourquoi par la Chine, Cuba et autres pays communistes? Vous voyez, ils ne sont pas à court d’arguments appuyés par leurs journalistes et chroniqueurs sous influence. Et pourquoi pas mettre mon grain de sel et dire que ce sera cet hiver à cause de quelques tempêtes de neige, du verglas, des inondations, de la marmotte, etc.? Ah non, quel con suis-je, j’oubliais comme prétexte à hausser les prix une grève des professeurs, des cols bleu, des employés du cartel CN-CP, etc. : «Blocage des voies ferrées : personne ne devrait pouvoir prendre l’économie en otage, estime Michel Leblanc président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain». Toujours les mêmes âneries du patronat et des politiciens. Monsieur Leblanc, puis-je vous suggérer de faire preuve de franchise et de lucidité et dire aux transnationales qui nous imposent leurs prix shylockiens et nous font grâce de leurs profits records ceci : «personne ne devrait pouvoir prendre l’économie et les consommateurs en otage».

Ils disent la même chose lorsque des enseignants, des éducatrices, des infirmières, des cols bleu municipaux, etc. osent faire la grève : ils prennent les étudiants, les parents, les malades, les automobilistes en otage qu’ils affirment. Jamais le patronat ne fait ça!

Parlant des écarts temporaires de richesse

Marcel Boyer, un économiste d’extrême-droite, professeur à l’Université de Montréal, titulaire de la Chaire Bell, économiste en chef de l’Institut économique de Montréal et expert consultant du parti libéral du Québec sous Charest et Couillard afin de les guider dans la voie harmonieuse de la façon de moderniser l’État et très prisé par nos médias, qui le considèrent comme un très grand expert, a largué en 2008 cette perle idéologique asservissante qui a été publiée sous forme d’opinion dans La Presse du 7 janvier 2008 : «Des inégalités temporaires. Dans une phase de création accélérée de richesse (le monsieur prétendait que l’État minimal allait créer de la richesse pour tous), la distribution devient temporairement plus inégalitaire avant de redevenir plus égalitaire». Encore de la foutaise et le monsieur passe pour un bonze. Depuis qu’il a pondu sa niaiserie en 2008, ça fait déjà de ça 14 ans, les inégalités n’ont cessé de s’accroître. En publiant cette merde, l’expert voulait juste vous endormir au gaz.

Quant à l’ex-patron du Conseil du patronat, le très visible et vocal Ghislain Dufour, il avait affirmé en 1996 en consultant sa boule de crystal que : «La distorsion entre riches et pauvres est en voie de se résorber» (La Presse, 15 janvier 1996). Ça fait 20 ans de ça. Au lieu de résorber, elle s’amplifie, et beaucoup en plus de ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s