La privatisation du CN et d’Air Canada relève d’un régime autoritaire

https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/771434/quebec-injecte-19-millions-de-dollars-dans-la-refection-du-chemin-de-fer-gaspesien

Démocratie : pouvoir du peuple vous dites?

Il y a environ vingt-cinq ans, le gouvernement canadien a privatisé (c’est-à-dire des joyaux collectifs appartenant à la population cédé à des individus) des sociétés d’État comme le Canadien National, Air Canada, Pétro-Canada, Télésat, Téléglobe, les Arsenaux Canadiens, etc. sans débat public et sans aucune étude sérieuse démontrant le bien-fondé de ce délestage public. Seuls les arguments des affairistes et l’idéologie du capitalisme et des détenteurs de capitaux a primé, eux qui se sont alors enrichis de milliards de dollars. Démocratie et liberté mon œil : ce délestage relève d’un vrai régime autoritaire dans lequel le patronat mène et ses élus ne sont que ses préposés aux commandes. Heille, prétendre que voter aux quatre ans pour des partis politiques qui sont sous contrôle de la classe dominante fait de l’Occident un modèle démocratique n’est qu’illusion, hypocrisie et mensonge. Ne me taxez surtout pas d’être un communiste endurci pour seulement dire la vérité. Je le répète : je suis au milieu du centre.

Et place aux monopoles et cartels privés qui imposent leurs prix

Il faut tout privatiser afin d’avoir plus de concurrence et faire baisser les prix au profit des consommateurs que les mystificateurs claironnent haut et fort. Il ne faut pas faire de grandes recherches pour démolir leurs prétentions et établir objectivement à qui a profité ces privatisations à gogo.

Le CN et le CP forment au pays un puissant duopole privé qui fixent les prix; qui privilégient désormais le transport de marchandises au transport de passagers sur leurs rails privatisés; qui appartiennent maintenant majoritairement à des Américains (Bill Gates de Microsoft est le plus important actionnaire du CN); qui sont subventionnés massivement par l’État et qui, comme Air Canada et le cartel Vidéotron-Telus-Rogers-Bell, ne veulent pas aller en région à moins de recevoir des milliards de dollars en fonds publics. La belle affaire. Avant leur privatisation, le CN et Air Canada allaient en région sans quémander des milliards de dollars en subventions, mais plus maintenant. L’intérêt des actionnaires a préséance sur l’intérêt collectif : «Air Canada. Transport aérien régional. Un service subventionné par le gouvernement en échange de vols fréquents et de prix plafonnés (grâce à l’aide gouvernementale)» (Le Devoir, 14 septembre 2021).

Le cartel privé en lieu et place d’instruments collectifs

Idem pour l’Internet et le sans-fil. Si Québec n’avais pas privatisé Cablevision Nationale, l’ancêtre de Vidéotron et Ottawa, Télésat; si on n’avait pas interdit à Hydro-Québec d’investir dans ce domaine, lui qui était partout en région, comme on ne l’a pas autorisé à se lancer dans l’éolien, préférant laisser cette mine d’or sans risque à des opportunistes du privé sur le bras des consommateurs d’électricité résidentiels; et si on avait créé une société d’État de l’internet et du sans-fil qui, en association avec Hydro-Québec, aurait été en région sans quémander des milliards de dollars en subventions comme le fait depuis toujours l’oligopole Vidéotron-Bell-Rogers-Telus même si elles réalisent chaque année des milliards de dollars en profits en nous facturant les prix les plus élevés en Occident : «Internet et sans-fil : 9 milliards$ en subventions gouvernementales pour un accès à internet en région. Québec tente de brancher l’ensemble des foyers depuis près de 20 ans» (Le Devoir, 2 décembre 2021). Et aussi : «Québec. 826M$ pour l’internet à haute vitesse en région» et «Ottawa réserve 1,75 milliard$ pour l’accès à internet à haute vitesse» (Le Journal de Montréal, 22 mars 2021 et 9 novembre 2020).

Et l’asservissement volontaire continue

Il faut se regarder honnêtement dans le miroir : nous sommes des colonisés invétérés et quérulents et heureux de l’être. En plus de verser des milliards de dollars en subventions au cartel Vidéotron-Telus-Rogers-Bell, qui arnaque les consommateurs sur une base régulière, comme le fait le puissant consortium des pétrolières occidentales, et celui des pharmaceutiques américaines (Pfizer et Moderna, entre autres) afin qu’il daigne aller en région, et ben le gouvernement caquiste du Québec va verser des millions de dollars à la société américaine de satellite SpaceX détenue par l’homme le plus riche du monde (plus de 200 milliards$ US), Elon Musk, qui détient aussi Twitter et Tesla (autos électriques) afin que les satellites de sa compagnie privée couvre les différentes régions au Québec : «Une subvention de 89 millions$ à l’homme le plus riche de la planète. L’entente permettra de brancher 15 000 foyers (seulement) pour la fibre optique (ben non Hydro-Québec n’aurait pas pu faire ça. Mieux vaut s’en remettre à un bon ploutocrate américain)» et aussi «Starlink (détenue par SpaceX) : la subvention à l’homme le plus riche du monde passe à 110M$ (et le compteur tourne toujours)» (Le Journal de Montréal, 26 mai et 22 juillet 2022).

Elon peut tout faire

Un individu comme Elon Musk peut tout faire (Tesla, Teitter, Starlink, SpaceX et cie) mais pas nous collectivement par le biais d’entreprises à propriété collective. Tout de même curieux et bizarre, non? Bon, vous n’avez pas à vous inquiéter pour notre sécurité nationale avec les satellites d’Elon, car ils sont américains, donc sans aucun danger d’ingérence, et pas chinois ou russes. Pis, comment les États-Unis peuvent menacer la sécurité de leur propre pays qu’est le Canada, car dans les faits c’est ça? En passant, privatiser Hydro-Québec et vous me direz si Hydro privé daignera aller en région, au même prix, partout dans la province et sans exiger de subventions publiques. Ben oui, avant leur privatisation, le CN et Air Canada allaient en région à des prix corrects, car nous en étions tous propriétaires.

Tout ce préambule pour arriver à ma conclusion

J’ai bien ri à la lecture de cette nouvelle parue dans Le Devoir du 19 novembre 2022, sous le titre de : «Transport ferroviaire. Québec (CAQ) injecte 19 millions$ dans la réfection du chemin de fer gaspésien» (Le Devoir, 19 novembre 2022). Maintenant que le CN et les rails ont été privatisé, le privé ne va plus en région. Il préfère laisser cette tâche ingrate à l’État. Si le CN était encore propriété collective, on n’aurait pas à s’humilier et à implorer l’américain Bill Gates (Microsoft) d’intervenir pour que le CN entretienne et peinture le superbe pont de Québec laissé à l’abandon. Complètement dingue et cela dure depuis longtemps : «Ottawa (qui venait de privatiser le CN pour des pinottes) tarde (car le CN privé ne le fait plus  et ne va plus en région) à financer les petits chemins de fer (privés accrochés eux aussi aux mamelles de l’État)». En attendant, Québec a annoncé des mesures transitoires (c’est-à-dire des subventions)» (Les Affaires, 24 février 2007). Et la question qui tue : au profit de qui ont été privatisé le CN, Air Canada, Télésat, Pétro-Canada, Téléglobe, etc.?

Et la joke se poursuit

Radio-canada, 7 juillet 2022 : «Les deux transporteurs par rail au pays (CN et CP) sont sermonnés (des reproches mais pas plus) par Ottawa qui réclame que la barre soit redressée après un hiver marqué par des diminutions de service (inquiétants)». Les dirigeants du CN et du CP détenus majoritairement par des Américains ont fait dans leur couche et dans leur culotte suite à ce sermon et à ces reproches qui leur ont été adressés par ces potiches de politiciens. Une autre mise en scène de vos élus pour vous faire croire que vous êtes libres, que vous vivez en démocratie et qu’ils sont à la défense du peuple.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s